Version PDF

Tendances

25 juin 2021

Nouvelles des derniers congrès

Bahaa NASR, CHU de la Cavale Blanche, Brest

Un petit aperçu des congrès Charing Cross 2021 et VENOUS 2021 qui se sont respectivement tenus les 19 au 22 avril et les 17 au 20 mars, en ligne évidemment.

IN.PACT AV Access Les résultats du ballon actif à 24 mois Andrew Holden (Auckland, Nouvelle-Zélande) a présenté les résultats à 24 mois de l’étude IN.PACT AV Access lors de cette édition du Charing Cross. Les données confirment la supériorité de l’angioplastie au ballon actif IN.PACTTM (Medtronic) à l’angioplastie au ballon nu, dans le traitement des lésions de novo et les resténoses non stentées des fistules artério-veineuses natives. IN.PACT AV Access est un essai contrôlé randomisé, prospectif qui a inclus 330 patients dans 29 sites aux États-Unis, au Japon et en Nouvelle-Zélande. L’objectif de cette étude était de montrer que les ballons actifs peuvent prolonger le délai avant une réintervention. Les résultats à 6 mois étaient très encourageants avec une diminution du taux de réintervention. À 2 ans, les données ont confirmé un intérêt clinique et une supériorité du ballon actif. La perméabilité à 2 ans de la lésion cible était de 52,2 % dans le groupe IN.PACTTM DCB et de 36,2 % dans le groupe ballon nu (p < 0,001). De même, le maintien d’une perméabilité de l’accès vasculaire était supérieur dans le groupe ballon actif (39,5 % vs 25,4 % ; p < 0,001). L’orateur conclut que ces excellents résultats vont certainement avoir un effet positif sur la prise en charge des patients dialysés et sur leur qualité de vie. « Pour mes patients, ces résultats durables vont diminuer le taux de réintervention et assurer une meilleure qualité de vie » Les résultats de cette étude montrent que l’utilisation du ballon actif IN.PACTTM dans le traitement des lésions de novo et les resténoses non stentées, diminue le taux de réinterventions et améliore la qualité de vie des patients dialysés. Une étude médico-économique serait certainement intéressante pour évaluer l’impact de ces résultats sur le coût et le retentissement sur le système de santé. IN.PACT Global Les résultats à 5 ans Gary Ansel (Columbus, États-Unis) a présenté les résultats à 5 ans de l’association ballon actif IN.PACTTM ADMIRALTM (Medtronic) et stent versus le ballon actif seul. À partir du registre IN.PACT Global, les auteurs ont comparé les résultats des patients ayant eu une angioplastie au ballon actif IN.PACTTM seul (groupe A) à ceux qui ont eu le ballon actif associé à un stent (groupe B). Parmi les 1 406 patients éligibles à l’étude, 1 044 ont été inclus dans le groupe A et 353 dans le groupe B. Neuf patients ont été exclus par manque d’information sur le stent. La seule différence démographique entre les deux groupes était un taux de revascularisation préalable plus important dans le groupe A( 54,7 % vs 46,5 % ; p = 0,008). La majorité des patients était des claudicants sans aucune différence entre les deux groupes (groupe A 89 % vs groupe B 90 %). Les lésions étaient plus complexes dans le groupe B : lésions plus longues (15,4 ± 10,7 mm vs 11 vs 8,8 mm ; p < 0,001), taux d’occlusion plus important (54,7 % vs 28,6 % ; p < 0,001), avec un taux de calcifications sévères plus important (14,7 % vs 8,7 % ; p < 0,001). À 5 ans, aucune différence significative n’a été retrouvée entre les deux groupes en ce qui concerne le taux de réintervention au niveau de la lésion cible (groupe A 70 % vs groupe B 66,8 % ; p = 0,2 ; figure), et la mortalité globale (groupe A 21 % vs groupe B 21,1 % ;  p= 0,9). Figure : Le taux de non-réintervention au niveau de la lésion cible. L’orateur conclut que l’association ballon actif IN.PACTTM avec un stent auto-expansible montre des bons résultats sur des lésions complexes. En cas de résultat non optimal de l’angioplastie, le traitement complémentaire par un stent est sûr et efficace. Chirurgie vasculaire et Covid-19 La pandémie de la Covid-19 a eu un impact majeur sur le système de santé global et nous a forcé à adapter rapidement nos habitudes de prise en charge. Graemer Ambler (Bristol, Royaume-Uni) a présenté les résultats des revascularisations endoluminales et ouvertes durant la pandémie du Covid-19. L’étude COVER (COvid-19 Vascular sERvice) est une étude observationnelle multicentrique dont l’objectif était de rapporter les résultats des patients traités par une chirurgie conventionnelle ou endovasculaire lors de la crise du Covid-19. Les auteurs ont colligé 1 103 patients traités dans 57 établissements (19 pays) différents. Les patients étaient majoritairement de sexe masculin (75,6 %) avec un âge moyen de 66,9 ± 13,9 ans. Le taux de patients suspectés/confirmés infectés par le SARS-Cov-2 était de 4 %. La mortalité globale était de 11 %. La mortalité dans les groupes aorte, carotide et membres inférieurs était de 15,2 % (23/151), 10,7 % (11/103) et 9,8 % (51/521), respectivement. Le choix de la procédure était différent de la prise en charge habituelle dans 7,1 % des cas. Les facteurs de risque de mortalité étaient les patients porteurs d’une bronchopneumopathie obstructive (BPCO), d’une infection respiratoire basse, les patients d’origine caucasienne et les patients traités en urgence. Malgré un faible taux d’infection au SARS- Cov-2, les patients ayant eu une intervention de chirurgie vasculaire endoluminale ou conventionnelle au cours de la pandémie Covid-19 avaient une mortalité glo- bale et spécifique à la maladie considérablement plus élevée que les taux rapportés par les cohortes avant la pandémie. VENOUS 2021 IVUS et thromboses veineuses Efthymios Avgerinos (Pittsburgh, États- Unis) a présenté lors du congrès virtuel VENOUS 2021 les résultats de l’étude VIDIO (Venogram versus intravascular ultrasound for diagnosing and treating iliofemoral vein obstruction). VIDIO est une étude monocentrique, rétrospective, qui a inclus 127 patients (172 membres) ayant une thrombose veineuse traitée par une angioplastie stenting entre 2014 et 2020. L’objectif principal de l’étude était de comparer l’association IVUS et veinographie à la veinographie seule. La lésion veineuse traitée par un stent était significativement plus longue dans le groupe IVUS (128 cm vs 111 cm ; p = 0,04). L’utilisation de l’IVUS était associée à un taux plus important de mise en place de stent en sous-inguinal (18 % vs 7 % ; p = 0,02). La perméabilité primaire était significativement plus élevée dans le groupe IVUS à 1 mois (98,5 % vs 79,6 % ; p = 0,03) et 2 ans (89,9 % vs 73,6 % ; p = 0,04).L’utilisation de l’IVUS était un facteur protecteur de réintervention au niveau la lésion cible (HR 0,22 ; IC 95 % : 0,07-0,7 ; p = 0,01). L’orateur explique que l’utilisation de l’IVUS entraîne une couverture plus longue des veines iliofémorales, ce qui est associé à une perméabilité plus élevée du stent par rapport au traitement basé sur la phlébographie multiplanaire seule. Des études multicentriques et randomisées sont nécessaires pour justifier l’intérêt clinique de l’utilisation systématique de l’IVUS dans la pathologie occlusive veineuse iliaque au vu du temps supplémentaire et du coût qu’elle génère.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité