publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Tendances

Publié le 30 oct 2023Lecture 3 min

SVS - Fumer nuit gravement à la santé et aux jambes des claudicants

Bahaa NASR CHU de la Cavale Blanche, Brest

Rohini Patel (San Diego, États-Unis) a présenté, lors du congrès annuel de la Society for Vascular Surgery (SVS) (14-17 juin 2023, National Harbir, États-Unis), les résultats à long terme des revascularisations chirurgicales des membres inférieurs chez les patients claudicants et fumeurs.

Des études antérieures ont montré que le tabagisme augmente les complications, notamment la mauvaise cicatrisation des plaies et les anomalies de la coagulation. Il a été constaté que le simple fait d’arrêter de fumer un mois avant une intervention chirurgicale peut modifier les résultats à long terme. Raison pour laquelle, les interventions chirurgicales non urgentes sont couramment refusées aux fumeurs actifs. Étant donné la population de base de fumeurs actifs atteints de maladies vasculaires, le sevrage tabagique est encouragé mais n’est pas exigé. Les auteurs ont interrogé la base de données VISION (Vascular Implant Surveillance and Interventional Outcomes Network) sur une période de 16 ans, afin de déterminer les résultats des claudicants fumeurs actifs après un pontage électif des membres inférieurs. Ils ont ensuite établi des scores de propension sur des dossiers de patients comprenant 609 (10 %) personnes n’ayant jamais fumé, 3 388 (55,3 %) anciens fumeurs et 2 123 (34,7 %) fumeurs actifs ayant subi un pontage pour cause de claudication. Une analyse a examiné les résultats des anciens fumeurs et les a comparés aux résultats obtenus chez les patients qui n’avaient jamais fumé. Une seconde analyse a comparé les résultats entre les fumeurs actuels et les anciens fumeurs. Les principaux critères d’évaluation étaient la survie à 5 ans, le sauvetage des membres, l’absence de réintervention et le taux de survie sans amputation. Patel a rapporté l’absence de différence entre 497 paires bien appariées d’anciens fumeurs et de personnes n’ayant jamais fumé. Cependant, la seconde analyse, qui s’est concentrée sur les différences de résultats entre 1 451 paires bien appariées de fumeurs actifs et d’anciens fumeurs, a révélé qu’il n’y avait pas de différence dans le sauvetage des membres et l’absence de réintervention, mais a révélé une augmentation significative de la survie globale et de la survie sans amputation chez les anciens fumeurs par rapport aux fumeurs actifs.   Arrêt du tabac   Ces résultats confirment que l’arrêt du tabac porte ses fruits en termes de préservation des membres et de la vie. Patel finit par souligner le rôle actif que doit jouer le chirurgien vasculaire en consacrant plus de temps et d’efforts à aider les patients à arrêter de fumer avant de procéder à un pontage des membres inférieurs chez les claudicants. Les limites de cette étude sont l’absence d’information sur la durée ou l’intensité du tabagisme au sein de la population étudiée, et l’absence de données disponibles sur le taux de récidive ou la cause du décès parmi les personnes étudiées. Ceci ouvre la discussion sur le temps écoulé depuis le sevrage tabagique et sur la possibilité de transmettre cette information aux patients pour parvenir à une durée spécifique susceptible de conférer un avantage.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

publicité