Version PDF

Carte postale

31 aoû 2008

Les débuts de la cardiologie interventionnelle en Algérie

M.T. DOUADI, Alger

« Le climat de violence, avec les attentats terroristes dont souffrait mon pays ces années là, n’était pas fait pour favoriser la mise en place et le développement de nouvelles techniques médicochirurgicales »  

    C’est en décembre 1995 que j’arrivais à Paris pour un stage en cardiologie interventionnelle, dans le service du Pr Daniel Thomas à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Il faisait particulièrement froid cet hiver là et la grève des transports en commun qui bat tai t son plein ne me réchauffait ni le coeur ni le corps ! En fait, la chaleur et l’aide, j’allais les retrouver au sein du « Cath’lab », avec les Drs G. Drobinsky et G. Montalescot qui allaient m’initier à la cardiologie interventionnelle. L’angioplastie au ballon seul avait encore sa place. Le stent, serti à la main le plus souvent, n’était utilisé que dans 30 à 40 % des dilatations. On découvrait son intérêt dans la réduction du taux de resténose, ainsi que l’effet spectaculaire de la bithérapie aspirine + ticlopidine sur la réduction du risque de thrombose aiguë de stent. C’était le début de l’ère du « tout stent » ! En décembre 1996, je rentrais à Alger après une année passée en France et je réintégrais mon service à l’hôpital Mustapha. Il faisait certes un peu moins froid, mais le climat de violence, avec les attentats terroristes dont souffrait mon pays ces années là, n’était pas fait pour favoriser la mise en place et le développement de nouvelles techniques médicochirurgicales.  La coronarographie à visée diagnostique était pratiquée déjà depuis quelques années, mais pas la revascularisation myocardique, que ce soit par pontage ou par angioplastie coronaire. Les patients devant bénéficier d’une revascularisation, étaient alors transférés à l’étranger.  Lancer l’angioplastie  C’est donc dans ce contexte qu’il fallut lancer l’angioplastie. Aidé par mon ami et confrère, le Dr Kamel Boughalem (aide ô combien précieuse) et encouragé par le « stent by » qui remplaçait déjà le « stand by chirurgical », je mis en route la revascularisation par angioplastie dans notre service. Je commençais, bien sûr, à dilater les cas les plus simples, préférant réaliser les plus complexes en présence de mon ami qui venait ainsi régulièrement à Alger (pour le plus grand plaisir de sa famille).  Progressivement, grâce à mes collaborateurs locaux et à la disponibilité de Kamel, la technique a vu le jour et a pu se développer dans notre service. Ce ne fut pas toujours facile, notamment du fait de problèmes de disponibilité du matériel consommable ! La décision d’une revascularisation chez un patient donné, dépendait en bonne partie, des moyens matériels dont nous disposions sur le moment (sondes porteuses, guides, ballons, stents, etc.). Beaucoup de patients étaient dilatés au ballon seul. Le stent était un luxe que l’on ne se permettait qu’en cas de grande nécessité : résultat nettement insuffisant ou dissection menaçante !  Du public au privé  En 2002, je décidais de m’installer dans le privé. J’ouvris un cabinet de groupe, sur les hauteurs d’Alger. Je pratiquais mon activité de cardiologie interventionnelle, à la clinique Abou Marwan, première clinique privée s’étant dotée d’une salle de cathétérisme cardiaque et faisant de la chirurgie cardiaque. Elle se trouve à Annaba (ex Bonne) très belle ville côtière à 450 km à l’est d’Alger. Les patients devant bénéficier d’une coronarographie étaient rassemblés et programmés les dimanches – jour ouvrable chez nous – et parfois, les lundis. Je prenais ainsi l’avion une fois par semaine et ceci, durant 5 années ! Je cumulais ainsi un nombre de dilatations non négligeable, parallèlement à un nombre d’heures de vol à faire pâlir de jalousie certains pilotes !  La prise en charge des patients était assurée par la caisse de Sécurité sociale. L’activité commençait à se développer dans le privé de manière conséquente. Ceci, il faut le souligner, s’est fait avec la collaboration régulière de Kamel, qui se faisait un plaisir de me rejoindre.  Actuellement et depuis 2005, je poursuis mon activité interventionnelle dans deux cliniques privées, la clinique Chahrazad à Alger et la clinique Les Rosiers à Blida (50 km d’Alger). Ces établissements sont dotés d’un plateau d’explorations invasives ainsi que d’une USIC et pratiquent la chirurgie cardiaque (valves et pontages aorto-coronaires). Environ 500 à 600 coronarographies y sont réalisées par an. Un tiers des patients bénéficient d’une revascularisation par ATC et le stent est utilisé quasi systématiquement, essentiellement le stent nu.    Aujourd’hui, un peu plus de 10 ans après mon retour, le paysage de la cardiologie interventionnelle a sensiblement évolué dans le secteur public, mais aussi et surtout dans le secteur privé.  Cela reste encore insuffisant pour la prise en charge de cette pathologie coronaire, qui est aussi devenue chez nous la première cause de mortalité (30 %). Il faudra bien sûr poursuivre la formation des angioplasticiens afin de renforcer les équipes existantes, multiplier les centres d’exploration à travers le territoire, améliorer la prise en charge de l’urgence coronaire (l’angioplastie primaire étant peu développée) ceci en plus, évidemment, des actions menées en amont, dans le domaine de la prévention.  

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 3
  • >
publicité