Version PDF

Diabéto-Cardio

16 avr 2019

L’insuffisance cardiaque : une complication majeure du diabète qui sort de l’ombre

Bernard BAUDUCEAU, Paris

Les études récentes portant sur la sécurité cardiovasculaire des nouveaux traitements hypoglycémiants ont attiré l'attention sur l’importance de l'hospitalisation pour insuffisance cardiaque parmi les complications du diabète. La meilleure prise en charge de la maladie diabétique et l’amélioration de la survie ont fait apparaître certaines complications qui jusqu’alors n’avaient pas le temps de s’exprimer. L’insuffisance cardiaque fait partie de ce lot mais son épidémiologie n’est pas bien connue et les différentes étiologies responsables sont insuffisamment cernées, notamment au cours du diabète de type 1.

Cette enquête s’est donné pour objectif d’évaluer l'incidence et la létalité des hospitalisations pour insuffisance cardiaque dans l'ensemble population âgée de plus de 30 ans chez les sujets résidants en Écosse entre 2004 et 2013. Le registre national écossais a permis de recueillir ces informations pour l’ensemble de la population et chez les sujets diabétiques. Toutes les données ont été ajustées selon l'âge, le sexe et le statut socio-économique. Au cours des 10 années de l’étude portant sur 3,25 millions de personnes âgés de plus de 30 ans, 136 042 patients diabétiques de type 2 (DT2) et 18 240 patients diabétiques de type 1 (DT1) ont été suivies. Durant la période de l’enquête, 91 429 hospitalisations pour insuffisance cardiaque ont été observées chez les sujets non diabétiques versus 22 959 chez les DT2 et 1 313 chez les DT1. Les taux d’incidence d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque ont été de 2,4 pour 1 000 patients-années chez les sujets non diabétiques, versus 12,4 au cours du DT2 et 5,6 pour le DT1. Ces chiffres étaient donc plus élevés chez les personnes atteintes de diabète quel que soit son type comparativement à la population indemne. Ces différences étaient cependant moins marquées chez les hommes âgés de plus de 80 ans (HR : 1,78 ; IC95% : 1,45-2,19). Chez les sujets indemnes de diabète et les DT2, les taux d’incidence ont régulièrement diminué de 0,2 % par an. En revanche, cette diminution de l’incidence était plus marquée chez les DT1 atteignant 2,2 % par année civile. La mortalité à trente jours était similaire entre les patients diabétiques de type 2 et les personnes non diabétiques. En revanche, le risque de décès était plus élevé pour les patients diabétiques de type 1, quel que soit leur sexe. Enfin, le taux de mortalité a régulièrement diminué de 3,3 % par année calendaire dans tous les groupes. En dépit de la diminution de l’incidence, en particulier au cours du diabète de type 1, l’insuffisance cardiaque reste deux fois plus élevée chez les patients diabétiques, avec une mortalité plus élevée chez les personnes atteintes de diabète de type 1. Ces résultats confirment l’importance de l'insuffisance cardiaque qui est une complication du diabète jusqu’alors sous-estimée. Malheureusement cette enquête, comme beaucoup d’autres, reste parcellaire, n’aborde la question de l’insuffisance cardiaque que par le prisme de l’hospitalisation et n’apporte aucune information sur son origine. L’évaluation précise de sa prévalence et de sa responsabilité dans la mortalité chez les patients diabétiques est nécessaire afin de mieux cerner l’importance de cette complication dont la place est grandissante. Incidence des hospitalisations pour insuffisance cardiaque ajustée sur l’âge, le sexe et la précarité, en fonction du type de diabète, de l’âge et du sexe. "Publié par Diabétologie Pratique"

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité