Version PDF

Diabéto-Cardio

23 oct 2018

L’âge d’apparition du diabète de type 1 est un déterminant majeur du risque cardiovasculaire et de décès

Bernard BAUDUCEAU, HIA Bégin, Saint-Mandé

Les personnes atteintes de diabète de type 1 présentent une majoration des risques de maladie cardiovasculaire et de mortalité mais les études ne considèrent pas toujours l'âge d'apparition de la maladie comme un élément important à prendre en compte.

Le but de cette étude était d’évaluer précisément les conséquences de l’âge du patient lors de la découverte du diabète de type 1 en termes de morbi-mortalité cardiovasculaire. Cet article s’est fondé sur l’exploitation des données d’une cohorte suédoise de patients diabétiques de type 1 comparés à la population générale. Les patients inclus ont été enregistrés entre le 1er janvier 1998 et le 31 décembre 2012. La régression de Cox ajustée à la durée du diabète, a permis d’estimer le risque de mortalité toutes causes confondues, d’infarctus aigu du myocarde, d’accident vasculaire cérébral, de maladie coronarienne, d’insuffisance cardiaque et de fibrillation atriale. Les personnes atteintes de diabète de type 1 ont été classées en cinq groupes, selon l'âge lors du diagnostic : de 0-10 ans, de 11-15 ans, de 16-20 ans, de 21-25 ans et de 26-30 ans. Le groupe des sujets diabétiques de type 1 comportait 27 195 personnes et celui du groupe contrôle était composé de 135 178 témoins. Au cours de la période de suivi dont la médiane était de 10 ans, 959 personnes atteintes de diabète de type 1 et 1501 témoins sont décédés. Indépendamment de l'âge au moment du diagnostic, toutes les personnes atteintes de diabète de type 1 présentaient un risque élevé de mortalité toutes causes confondues (taux d'incidence de 1,9 par 100 000 années-personnes (IC à 95% : 1,71-2,11). Les patients qui ont développé un diabète de type 1 entre les âges de 0 et 10 ans présentaient des risques relatifs beaucoup plus élevés que les sujets ayant développé un diabète de type 1 entre 26 à 30 ans. Ainsi, les risques étaient majorés jusqu'à un facteur 5 selon l’âge du diagnostic du diabète. L’apparition du diabète de type 1 avant l'âge de 10 ans s'est traduit par une perte de 14,2 années de vie (IC95% : 12,1-18,2) pour les hommes et de 17,7 années de vie (IC 95% : 14,5-20,4) pour les femmes. Ces dernières dont le diagnostic de diabète était précoce couraient un risque presque 60 fois plus élevé de maladie coronarienne (HR : 58,73, IC 95% : 28,86-119,55) par rapport aux personnes non diabétiques. L'âge au début du diabète de type 1 est donc un déterminant important dans la survenue des complications cardiovasculaires et la survie des patients. Bien que la durée du diabète ait été prise en compte dans l’exploitation des données, il est au moins possible que ce facteur intervienne dans ces résultats. Cependant, bien que ces risques relatifs d’événements cardiovasculaires et de mortalité paraissent très élevés, les risques absolus sont faibles, en raison de l'âge relativement jeune (moyenne de 29 ans) et de la courte durée de la maladie diabétique. Ainsi, l’élévation spectaculaire des risques qui est observée chez les patientes est probablement en rapport avec la très faible incidence des maladies cardiovasculaires chez les jeunes femmes non diabétiques. Quoi qu’il en soit, une attention particulière devrait être portée sur le risque de morbi-mortalité cardiovasculaire chez les personnes dont le diabète s’est installé de façon précoce, circonstance qui n’est pas rare puisque la maladie est découverte avant l'âge de 14 ans dans près de la moitié des cas. "Publié par Diabétologie Pratique"

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité