publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Editorial

Publié le 30 déc 2022Lecture 2 min

Salle vasculaire fixe : un outil indispensable

Yann GOUËFFIC, Hôpital Saint Joseph, Paris

Pour les pathologies vasculaires, la salle vasculaire fixe a été tout d’abord présentée comme un outil des procédures exceptionnelles, telles que les endoprothèses aortiques complexes. Mis à part quelque centres qui se comptent sur les doigts d’une main, peu de centres peuvent se prévaloir d’occuper leur salle avec 100 % de ce type de procédures. Certains centres ont alors décidé de mutualiser leur salle avec d’autres spécialités, parfois jusqu’à l’excès.

En effet, la salle ne répondait plus à aucun des besoins des cliniciens. D’autre part, le praticien se retrouvait à la fois devant le défi d’une procédure complexe et d’autre part sans l’expérience d’une utilisation quotidienne de la salle, à ceci s’ajoutant la complexité de la procédure. C’est un peu se retrouver devant un appareil d’électroménager que l’on utilise une fois par an et dont vous recherchez sans succès le mode d’emploi. Le traitement des artères périphériques fait partie de notre activité quotidienne et avec les années nous n’avons vu qu’augmenter les indications. Avec une salle vasculaire fixe, la radioprotection est optimisée, un grand écran permet de visualiser le guide de 0,014 filant le long de la corticale, les guides sont complètement déployés sur le plateau flottant et plus besoin d’expliquer à l’infirmière intérimaire où placer le capteur ou la table. Du bonheur pour tous les jours, du moins lorsque vous traitez vos patients ! La salle fixe représente un surcoût, en particulier lorsqu’il s’agit d’une première installation. Cependant l’achat d’un amplificateur vasculaire mobile dédié et d’une table mobile sont non négligeables. La salle fixe vasculaire accroit le succès technique et vous permet d’évoluer vers de nouvelles techniques endovasculaires encore plus audacieuses. C’est aussi un outil attractif pour les jeunes confrères (ou des plus vieux !) en quête d’innovation et de développement d’activité. La mise en place d’une salle fixe doit être réfléchie afin de tenir compte des différents intervenants (anesthésistes, paramédicaux). Pour votre pratique pensez à la symétrie de la salle afin de pouvoir intervenir de la tête au pied et des deux côtés avec un grand écran bien visible quel que soit votre positionnement. Bonne lecture du numéro 18 ! Yann Gouëffic, rédacteur en chef Service de chirurgie vasculaire et endovasculaire, Hôpital Saint-Joseph, Paris

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 3
publicité