Version PDF

Éditorial

16 juin 2021

Merci !

Arnaud LAZARUS, rédacteur en chef

40e numéro de la revue signifie 10 ans d’existence pour RythmologieS, l’occasion bien sûr de remercier chaleureusement les nombreux auteurs qui ont contribué à son contenu et à son succès et se sont attachés à synthétiser, dans des textes volontairement concis, les avancées et les problématiques de notre pratique quotidienne. Je remercie également nos annonceurs qui soutiennent cette aventure, pour certains depuis 10 ans.

Malgré plus d’un demi-siècle d’existence pour les techniques les plus anciennes, notre discipline continue de progresser dans ses 2 composantes interventionnelles, prothèses implantables et ablation des troubles du rythme : enregistreurs ECG implantables, cardiocapsules, stimulation hisienne, télésurveillance, intelligence artificielle, ablation à haute énergie, cryoablation, électroporation... Et demain, d’autres innovations suivront. Le nouveau monde de l’ablation fascine les plus jeunes, au risque de trouver ringard l’ancien monde des prothèses implantables qui nécessite pourtant une réelle expertise sur des gestes parfois complexes. L’environnement économique est en partie responsable de cela, la CCAM étant à ce jour nettement plus favorable aux gestes ablatifs. Il faut néanmoins avoir à l’esprit que la CCAM doit être revisitée dans un proche avenir, avec probable rééquilibrage de la valeur des actes : risque de dévalorisation de certaines ablations (le temps, clé de valorisation CCAM, a été divisé par 2 pour une ablation de FA paroxystique) ; à l’inverse, les actes liés aux prothèses rythmiques n’ont pas atteint leur tarif cible, bien plus élevé que leur tarif actuel, à cause de l’avenant 6 de la convention qui les a injustement bloqués. Remontée de la valeur des actes liés aux prothèses, possible baisse de tarif des ablations devenues plus simples ou plus rapides à effectuer et, on l’espère, création des actes complexes manquants dans la CCAM (ablation de FA persistante ; ajout de sonde VG ; stimulation hisienne...) devraient redessiner le cadre économique de la rythmologie interventionnelle. L’aventure de la rythmologie et de RythmologieS continue ! Merci pour votre fidélité. Arnaud LAZARUS

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité