Version PDF

Éditorial

16 oct 2020

Faire du neuf avec l’ancien

Arnaud LAZARUS, rédacteur en chef

Inventer des solutions thérapeutiques plus efficaces, plus rapides à réaliser et avec le moins de risques possibles est une quête sans fin.

Au milieu des années 80, je me souviens des premières procédures de fulguration pour traiter les tachycardies ventriculaires avec un « fulgutron » maison. Les images d’échographie transoesophagienne étaient impressionnantes : la fulguration générait une explosion au sein de la cavité ventriculaire gauche, avec un contraste spontané intense et un arrêt de l’activité cardiaque durant de longues secondes avant que le cœur ne redémarre. La fulguration revisitée s’appelle électroporation, et celle-ci apparaît bien éloignée de son ancêtre en termes de risques et d’avantages. Bonne lecture, Arnaud Lazarus

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité