Version PDF

Études

Publié le 15 oct 2021Lecture 2 min

Retour sur l’essai FIGARO-DKD - La finérénone diminue les événements cardiovasculaires chez les patients diabétiques de type 2 ayant une maladie rénale chronique modérée à moyenne

Victoria TEA*, service de cardiologie, Hôpital européen Georges Pompidou, Paris

La finérénone est un antagoniste des récepteurs des minéralocorticoïdes (ARM) non stéroïdien. L’essai FIDELIO-DKD publié fin 2020(1) avait démontré un bénéfice de cette molécule dans la progression de la maladie rénale et une diminution de la survenue d’événements cardiovasculaires chez les patients ayant principalement une insuffisance rénale chronique avancée (stade 3-4) avec une macro-albuminurie et un diabète de type 2. L’objectif de FIGARO-DKD(2) est d’évaluer l’intérêt de la finérénone sur les événements cardiovasculaires et rénaux chez les patients ayant une insuffisance rénale chronique modérée à moyenne et un diabète de type 2.

• Méthode Dans cet essai international (48 pays), multicentrique, en double aveugle, ont été randomisés pour recevoir la finérénone (10 ou 20 mg/j) ou un placebo les patients : – ayant un diabète de type 2 ; – et une insuffisance rénale chronique stade 2-4 (DFG entre 25-90 ml/min/m2/1,73 m2) avec une micro-albuminurie (rapport albuminurie/créatininurie 30- 300 mg/g) OU une insuffisance rénale chronique stade 1-2 (DFG > 60 ml/min/1,73 m2) avec une macro-albuminurie (rapport albuminurie/créatininurie 300- 5 000 mg/g) ; – traités à dose optimisée d’IEC/ARA2. Les patients ayant une kaliémie > 4,8 mmol/l ainsi que ceux ayant une insuffisance cardiaque à FEVG altérée étaient exclus de l’étude. Le critère de jugement principal est un critère composite associant mortalité cardiovasculaire (CV), infarctus du myocarde (IDM) et accident vasculaire (AVC) non fatal, hospitalisation pour insuffisance cardiaque. Le premier critère de jugement secondaire est un critère composite associant la survenue d’une défaillance rénale (mise en dialyse, transplantation rénale ou DFG < 15/ml/ min/1,73 m2 sur au moins 4 semaines), une diminution de 40 % du DFG sur 4 semaines, ou un décès de cause rénale. • Résultats Au total, 7 352 patients ont été inclus : 3 686 ont reçu la finérénone, 3 666 le placebo (âge moyen 64,1 ± 9,8 ans, 69,4 % d’hommes, DFG moyen 67,8 ml/ min/1,73 m2, ratio albuminurie/ créatinurie médian 308 mg/g). Après suivi médian de 3,4 ans, le critère de jugement principal est survenu chez 458 (12,4 %) patients sous finérénone vs 519 (14,2 %) sous placebo (HR 0,87 ; IC95% 0,76-0,98 ; p = 0,03) (figure 1) avec une diminution des événements portant surtout sur les hospitalisations pour insuffisance cardiaque (HR 0,71 ; IC95% : 0,56-0,90) (figure 2). Il n’a pas été retrouvé de différence sur le premier critère de jugement secondaire : 350 (9,5 %) dans le groupe finérénone vs 395 (10,8 %) dans le groupe placebo (HR 0,87; IC95% : 0,76-1,01). À noter la survenue d’hyperkaliémie plus fréquente sous finérénone (10,8 % vs 5,3 %), mais aucune n’ayant conduit à un décès et peu d’hyperkaliémie ayant nécessité un arrêt définitif du traitement (1,2 % dans le groupe finérénone vs 0,4 % dans le groupe placebo). La survenue d’une gynécomastie était rare (0,1 %). * D’après la session ESC 2021 présentée par Bertram Pitt (University of Michigan, USA) : FIGARO-DKD : finerenone in patients with chronic kidney disease and type 2 diabetes

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité