Version PDF

L'ESPRIT DE LUGDUNUM

15 mar 2019

L’effet bilboquet

Patrick LERMUSIAUX, service de chirurgie vasculaire et endovasculaire, Hospice civils de Lyon, CHU de Lyon

Chacun connaît l’effet papillon où une modification minime des conditions initiales aboutit à une grande variation finale, où le battement de l’aile d’un papillon pourrait créer une tempête à quelques milliers de kilomètres de là.

Un de mes patients, menuisier de son état, et potentiellement content du résultat d’un stenting iliaque sur sa claudication, m’a offert un bilboquet qu’il venait de fabriquer. Je lançais la boule dans l’air et au premier coup elle retombait sur sa base. Très fier de cette adresse soudaine je recommençais, une fois, deux fois, dix fois et bien que le geste soit ou se veuille toujours exactement le même, la boule retombait à côté et tournoyait lamentablement dans l’espace, retenue par sa cordelette. Le lendemain, alors que je devais cathétériser la branche controlatérale d’une endoprothèse, j’essayais une fois, deux fois puis dix fois en utilisant différentes sondes. Voyant un de mes collègues désoeuvré, errant entre les blocs dans l’attente de sa prochaine intervention, il me vint à l’esprit de faire abstraction de mon amour-propre et de lui demander d’essayer de cathétériser cette branche rebelle. Il essaya alors avec la même sonde que j’avais utilisée au départ et instantanément réussit, presqu’en s’excusant (mais en considérant au fond de lui qu’il était bien le M’Bappé de l’endovasculaire). Il m’est aussi arrivé de ne pas réussir à recanaliser une longue occlusion artérielle et de constater, alors que j’avais le dos tourné pour chercher une autre sonde, que le guide s’était mystérieusement libéré de son traditionnel « point fixe » pour miraculeusement traverser seul le Rubicon. Alors on pourrait faire l’hypothèse que l’effet bilboquet s’appelle aussi la chance ou le hasard. Avant, la chance du chirurgien venait de son patient qui avait, par exemple, la bonne idée d’être maigre et l’assistance s’extasiait de voir le bon plan s’ouvrir comme par magie. En endovasculaire, et c’est nouveau, le phénomène chance existe réellement. Ceci explique qu’en passant plus de temps, vous augmentez vos chances de réussite. Il est frappant de voir un jeune collègue réussir du premier coup un cathétérisme difficile. Comme au loto, tout participant a la même chance de succès. Pour un jeune interne, on attribuera ce beau geste technique à la « chance des débutants ». Pour le chirurgien aguerri, on évoquera sans doute une grande expérience et une dextérité hors normes et rares sont ceux qui auront l’humilité d’avouer qu’il s’agit, là aussi, du même coup de chance. Dès demain, vous pourrez nommer tous ces phénomènes étranges que vous rencontrez quotidiennement, j’en suis sûr, par leur vrai nom : l’effet bilboquet ! Je dois à la vérité de dire qu’il y a quelques années un de mes patrons en avait suspecté l’existence lorsqu’il avait déclaré : « Tu sais vieux, on n’est pas à l’abri d’un coup de bol ».

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité