Version PDF

Lu pour vous

Publié le 15 déc 2021Lecture 1 min

On enfonce le clou sur cette thématique d’actualité

Jimmy DAVAINE, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

Cet éditorial, comme beaucoup d’articles sur ce sujet en ce moment, revient sur cette notion que d’autres éléments outre le degré de sténose doivent entrer dans l’algorithme décisionnel du traitement des sténoses carotidiennes.

L’auteur rappelle que des travaux ont montré qu’il existe un risque évalué à 7,4 % de récidive d’AVC chez les patients ayant une sténose carotidienne symptomatique entre 20- 49 %. Ceci implique que des patients avec sténoses de bas grade se voient refuser une chirurgie qui pourraient être bénéfique et qu’à l’autre extrémité du spectre, d’autres sujets, porteurs d’une sténose serrée, sont exposés à un risque chirurgical inutile. Les caractéristiques morphologiques des plaques sont habituellement décrites dans des études utilisant l’IRM. L’utilisation du scanner à cette fin a l’avantage de s’affranchir des contraintes de l’IRM en routine clinique (accès, durée, temps de reconstruction radiologue, coût). L’analyse des composantes lipidique, calcique et matricielle semble valide en scanner (vs histologie) et corrélée à la clinique. Des progrès sont donc largement possibles mais l’étude suivante va nous en dire plus. Choke E. Eur J Vasc Endovasc Surg 2021 ; 62 (5) : 727.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité