publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Tendances

Publié le 25 mar 2022Lecture 5 min

Actualité des derniers congrès

Bahaa NASR, CHU de la Cavale Blanche, Brest

Voici les actualités marquantes des derniers congrès Veith Congress (novembre 2021, Orlando, États-Unis) et l’International Symposium on Endovascular Therapy (janvier 2022, Hollywood, États-Unis). Nous présentons également un résumé des premiers résultats de l’étude Vascular Mimetic Implant-CFA.

Vieth La technique CERAB doit-elle remplacer celle du kissing stent ? C’est Michel Reijnen (Arnhem, Pays-Bas) qui a présenté les résultats à moyen terme de la technique CERAB dans le traitement des lésions occlusives aorto-iliaques. La perméabilité primaire de la technique du kissing stent dans le traitement des lésions occlusives aorto-iliaques est de 81 % à 2 ans. Cette perméabilité est affectée par la différence de taille et de conformation du stent, ce qui induit une recirculation et une turbulence du flux responsable de la formation du thrombus et d’une hyperplasie myo-intimale. La technique CERAB a pour objectif de respecter l’anatomie et d’assurer une reconstruction endovasculaire physiologique de la bifurcation aortique. Michel Reijnen a présenté les résultats à 3 ans d’une étude rétrospective menée dans deux centres, ayant inclus 130 patients traités en 7 ans. L’âge moyen était de 61 ans ; 66,1 % des patients étaient des claudicants, 41 % avaient un antécédent de revascularisation aorto-iliaque (7 chirurgies conventionnelles et 46 chirurgies endovasculaires) et 94,6 % des lésions étaient des lésions complexes (TASC C et D). À 3 ans, la perméabilité primaire et la perméabilité secondaire étaient de 87 % et 97 %, respectivement. L’amélioration clinique primaire était de 96 % à 3 ans. La présence d’une sténose en aval du stent iliaque était identifiée comme facteur de risque de thrombose. M. Reijnen a conclu que les résultats à moyen terme de la technique CERAB, et spécialement la perméabilité primaire, sont excellents. Ces bons résultats sont expliqués par le respect de l’anatomie et du flux sanguin. Un déploiement optimal des stents et un traitement précoce d’une sténose en aval des stents sont importants pour améliorer la perméabilité. Un stent pour améliorer les résultats au niveau jambier ? Robert Beasley (Florida, États-Unis) a présenté lors du Veith 2021 les résultats du stent MicroStentTM (Micro Medical) utilisé dans les lésions sous-gonales complexes. Le traitement endovasculaire des artères jambières est limité par un recoil élastique et par des dissections secondaires à l’angioplastie au ballon. MicroStentTM (Micro Medical) est un stent autoexpansible 3 F en nitinol. Le lanceur existe en 40 et 120 cm permettant un traitement par voie antérograde et rétrograde. L’étude européenne HEAL est une étude observationnelle et multicentrique, dont le critère de jugement principal d’efficacité est la perméabilité primaire à 6 mois. Elle a analysé 59 patients. La perméabilité primaire était de 93,2 % et le taux de réintervention était de 2,3 %. Le taux de sauvetage du membre était de 100 % à 6 mois. HEAL a montré des résultats promoteurs pour le stent MicroStentTM. L’essai randomisé STAND va-t-il confirmer ces résultats ? ISET 2022 MIMICS-3D EU : les résultats à 3 ans L’étude MIMICS-3D EU est une étude prospective, observationnelle et multicentrique, dont l’objectif était d’évaluer la sécurité et l’efficacité du stent BioMimics 3D (Vascular Therapy) dans le traitement des lésions fémoropoplitées. Elle fait partie des 6 études réalisées pour évaluer le stent BioMimics 3D (figure 1). Elle a inclus 507 patients dans 23 centres en Europe. Ses résultats à 3 ans ont été présentés lors du ISET 2022 par Michael Lichtenberg (Arnsberg, Allemagne). L’âge moyen est de 70 ans, 37 % des patients sont diabétiques et 76 % claudicants. La longueur moyenne des lésions était de 127 ± 92,4 mm et 56,8 % étaient des occlusions ; 28,6 % des lésions avaient un score calcique de grade 3 et 4. Une association ballon actif et BioMimics 3D est décrite dans 50 % des cas. Le stent BioMimics 3D a été utilisé après une athérectomie dans 8 % des lésions. Selon une estimation de Kaplan-Meier, le taux de réinterventions au niveau de la lésion cible était respectivement de 10 %, 18 % et 22 % à 1,2 et 3 ans. L’analyse en intention de traiter a montré une perméabilité primaire à 3 ans de 71 %. Le taux de fracture de stent à 3 ans était de 0,6 %. M. Lichtenberg a déclaré une utilisation quotidienne du stent BioMimics 3D avec comme principales indications les lésions longues, calcifiées et localisées au niveau de l’artère fémorale superficielle distale et de l’artère poplitée proximale. VMI-CFA Le stent SuperaTM montre un super résultat dans le traitement de l’artère fémorale commune Koen Deloose (Dendermonde, Belgique) a présenté les résultats à 2 ans de l’étude VMI-CFA (Vascular Mimetic Implant-CFA). VMI-CFA est une étude, prospective et monocentrique, qui a pour objectif d’étudier l’efficacité et la sécurité du stent nitinol SuperaTM (Abbott) dans le traitement des lésions occlusives de l’artère fémorale commune. K. Deloose a rappelé que le traitement endovasculaire de l’artère fémorale commune est confronté au risque d’embolisation distale, qui est dû à l’utilisation des systèmes d’athérectomie, à l’impossibilité de récupérer le diamètre normal de l’artère fémorale commune à cause de la nature calcifiée de la plaque, et enfin au risque de fracture de stent au niveau du ligament inguinal. L’étude comprenait 100 patients dont 79 % étaient des claudicants. La longueur moyenne des lésions était de 44,7 ±15,6 mm, et dans 82 % des cas il s’agissait d’une lésion calcifiée. Selon la classification d’Azema, 47 % des patients avaient une lésion de l’artère fémorale commune et de sa bifurcation. Le succès technique était de 100 %. À 24 mois, la perméabilité primaire était de 92,8 %, et le taux de réintervention au niveau de la lésion cible était de 2,2 % (figure 2). L’analyse en sous-groupe n’a pas montré de différence significative sur la perméabilité pour les patients diabétiques (p = 0,79) et pour la classification Rutherford (p = 0,37). La conclusion de K. Deloose est que les résultats satisfaisants de VMI-CFA ont conduit à la mise en place d’une étude multicentrique et randomisée dont l’objectif est de comparer l’efficacité et la sécurité du traitement endovasculaire par le stent SuperaTM de l’artère fémorale commune au traitement par endartériectomie. Le critère de jugement principal de cette étude est la perméabilité primaire à 12 mois.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

  • 2 sur 4
publicité