Version PDF

Complication

Publié le 01 juin 2022Lecture 2 min

Pose de sondes rythmiques et fistule artérioveineuse

Luc TURMEL, Clinique Ambroise Paré, Neuilly-sur-Seine

Le but de cette brève présentation est de rappeler qu'il faut impérativement s'abstenir de mettre en place des sondes rythmiques du côté de la fistule artérioveineuse d'un dialysé car elles peuvent être source de sérieuses complications secondaires, voire conduire à la perte de l'abord vasculaire, comme en témoignent les deux exemples suivants.

Cas 1 La fistule antébrachiale droite de ce malade se draine essentiellement par la veine céphalique brachiale pour retrouver les veines centrales. Plusieurs dilatations percutanées avec mises en place de stents avaient été effectuées tant sur la veine céphalique que sur le confluent sous-clavier brachio-céphalique (photo 1, A) et la situation était stabilisée. Quelques mois passent jusqu’à ce qu’une hyperpression veineuse caricaturale de la veine responsable de temps de saignements dramatiquement prolongés en fin de dialyse fasse pratiquer une nouvelle angiographie. On est alors stupéfait de constater que cela est dû à l’occlusion de la veine sous-clavière par la sonde d’un stimulateur tout récemment implanté (photo 1, B). Par chance, il est possible de recanaliser, dilater et finalement rouvrir la filière. Des resténoses précoces rapprochées ne sont finalement résolues que par la mise en place d’un stent nu puis d’un stent couvert (photo 1, C). La fistule est à ce jour toujours utilisée sans problème, mais pour combien de temps ? Cas 2 La fistule antébrachiale gauche de ce malade présentait des sténoses en zones de ponction finalement dilatées avec succès (photo 2, A). Le drainage au bras reposait essentiellement sur une veine céphalique tellement belle (photo 2, B et C) qu’il avait été décidé de ne pas agresser davantage le malade et de ne pas traiter la sténose à l’origine de la veine basilique au coude (photo 2, A flèche), rétrospectivement à tort... La fistule est en effet réadressée en état de thrombose 16 mois plus tard (photo 2, D). Par voie endovasculaire, on arrive à retrouver le chemin de la veine céphalique, autrefois si belle mais alors occluse sur toute sa crosse terminale par la présence délétère de la sonde d’un stimulateur mis en place entre-temps (photo 2, E). Il n’a pas été possible de franchir cette longue occlusion fibreuse ni de retrouver au coude le chemin de la veine basilique puisque de toute évidence la sténose objectivée 16 mois auparavant s’était transformée en occlusion chronique. Chers collègues rythmologues, merci de préserver le drainage central des fistules des dialysés en vous interdisant à l’avenir d’y placer vos précieuses sondes ! Choisissez une implantation controlatérale à la fistule.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 9
  • >
publicité