Version PDF

Cardiologie générale

Publié le 15 jan 2022Lecture 4 min

Programmes informatiques, algorithmes et cardiologie - Que retenir de l’AHA 2021 ?

Antoine FAYOL, CIC & USIC, Hôpital européen Georges Pompidou, Paris

De plus en plus de programmes informatiques et d’algorithmes (à visée diagnostique ou pronostique) nous sont proposés en pratique quotidienne. Lors du congrès de l’AHA 2021, deux études américaines ont été présentées : l’une, REVEAL-HF(1) s’intéressant à l’impact de l’estimation du risque de mortalité à 1 an chez les patients insuffisants cardiaques sur les décisions prises par les cardiologues ; et l’autre, la Fitbit Heart Study(2) portant sur la performance diagnostique d’un algorithme pour dépister la fibrillation atriale. Les deux publications sont ici détaillées et expliquées.

• REVEAL-HF trial Introduction et méthodologie L’insffisance cardiaque reste une des causes principales de morbimortalité aux États-Unis. Plusieurs scores pronostiques sont utilisés pour prédire la mortalité, mais leur utilisation en clinique reste limitée, car ils manquent notamment de précision. L’hypothèse des auteurs est qu’une évaluation du risque de mortalité du patient à 1 an lors d’une hospitalisation pour insuffisance cardiaque pourrait optimiser les traitements et la prise en charge et réduire le taux de réhospitalisations ou de décès. Le critère de jugement principal était un critère composite regroupant la mortalité toutes causes et la réhospitalisation pour insuffisance cardiaque. Les patients étaient inclus s’ils étaient hospitalisés pour un épisode d’insuffisance cardiaque, traités par diurétiques de l’anse en intraveineux avec un taux de NT-proBNP > 500 pg/ml. L’étude REVEAL-HF est un essai multicentrique (4 centres aux États-unis), randomisé en deux groupes parallèles, entièrement informatisé et basé sur les informations du dossier médical électronique. Les facteurs cliniques et biologiques pris en compte pour l’estimation du score étaient automatiquement extraits du dossier médical. Les différents facteurs du score étaient : – des facteurs cliniques (âge, poids, tension artérielle, antécédents cardiovasculaires) ; – et des facteurs biologiques (pH, monocytes, lymphocytes, troponine, NT-proBNP, bandelette urinaire). Les patients étaient ensuite classés en 5 catégories en fonction de l’estimation fournie par l’algorithme du risque de mortalité à 1 an (figure 1). Résultats Au total, 3 124 patients ont été randomisés en deux groupes parallèles. Les caractéristiques principales des patients sont présentées dans le tableau 1. Au bout d’un an de suivi, il n’y avait aucune différence significative entre les deux groupes concernant la mortalité globale ou la réadmission pour insuffisance cardiaque. Après l’hos pitalisation, il n’y avait pas de différence significative sur l’adaptation thérapeutique ou sur la prise en charge palliative des patients insuffisants cardiaques (figure 2). Conclusion • La Fitbit Heart Study Introduction De plus en plus de nos patients sont équipés de montres connectées, relevant différents paramètres de santé comme l’activité physique, la fréquence cardiaque, etc. Depuis plusieurs années, les constructeurs proposent également la détection de la fibrillation atriale (FA) par photopléthysmographie (PPG). L’étude Fitbit Heart Study est un essai clinique réalisé par la firme pour tester un nouvel algorithme de détection de la FA basé sur la PPG. L’objectif de l’étude était d’évaluer les performances diagnostiques du nouvel algorithme pour la FA. Méthodes L’étude Fitbit Heart Study est un essai clinique prospectif, réalisé en ouvert incluant les utilisateurs d’un bracelet de marque, répondant aux critères d’éligibilité résumés dans le tableau 2. Les données de PPG des patients sont analysées de façon rétrospective (30 jours) puis prospective. En cas de notification d’arythmie, les participants sont informés et invités à contacter un service de télésurveillance pour enregistrer un tracé ECG via un patch pendant une semaine (enregistrement sur une seule dérivation) en plus de la montre. Le déroulé de l’étude est expliqué figure 3. L’objectif principal de cette étude est de déterminer la proportion d’individus présentant une FA confirmée par le patch ECG (gold standard) parmi ceux qui reçoivent une notification du dispositif lorsque les patients portent le patch et le dispositif. Résultats Entre le 6 mai 2020 et le premier octobre 2021, 455 699 patients ont été inclus. Parmi eux, 70,7 % étaient des femmes et 12 % avaient plus de 65 ans. Au total, 4 728 patients ont eu une alerte d’arythmie durant l’étude (soit 1,0 %). Parmi eux, 1 057 patients ont eu au moins un enregistrement du rythme cardiaque, et la FA a été identifiée chez 340 patients (340/1 057, 32,2 %). Durant la phase prospective, il y a eu 225 alertes simultanées (bracelet d’activité et patch), la valeur prédictive positive pour la détection de la FA était élevée à 0,982 (221/225 patients ; IC95% 0,955-0,995). Discussion et conclusion Nous allons être de plus en plus confrontés à des patients se présentant en consultation avec une notification de rythme irrégulier. Les études sur le sujet sont résumées dans le tableau 3. Les informations apportées par ces essais cliniques sont les suivantes : – les populations étudiées dans les études sont des sujets jeunes et donc moins à risque de présenter des épisodes de FA ; – le nombre de notifications de rythme irrégulier est rare en population générale (entre 0,2 à 1,0 %) ; – chez les patients ayant eu une alerte, un diagnostic de FA a été posé dans 25 à 35 % des cas.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

publicité
publicité