Version PDF

Cardiologie interventionnelle

04 mai 2021

Les actualités de la cardiologie interventionnelle

La rédaction

Un dossier réalisé avec la collaboration d'Olivier Varenne, Paris

Identification des plaques vulnérables par ultrasons et NIRS endocoronaire L’étude PROSPECT II a évalué la capacité de deux techniques endocoronaires, le NIRS (near-infrared spectroscopy) et l’échographie endocoronaire pour identifier les plaques non obstructives susceptibles de causer des événements ischémiques. Cette étude menée au Danemark, en Suède et en Norvège, a inclus des patients avec IDM récent (< 4 semaines). Après angioplastie de l’artère responsable et de toutes les sténoses hémodynamiquement significatives, une imagerie endocoronaire trois axes était réalisée avec un cathéter combinant NIRS et ultrasons. Le critère primaire d’évaluation était le taux de MACE (décès cardiaques, IDM, angor instable), liés à une lésion non responsable lors de l’examen initial. Entre 2014 et 2018, 3 629 lésions de ce type ont été analysées chez 898 patients (âge moyen de 63 ans). Le suivi était de 3,7 ans. Un MACE est survenu dans cette population chez 112 des 898 patients (13,2 % ; IC 95 % : 11,0-15,6), dont 66 issus des 78 lésions non traitées. Les lésions lipidiques sont un facteur de risque de MACE et un marqueur indépendant du risque d’événements (RR : 2,27 ; IC 95 % : 1,25-4,13). Une large plaque est aussi un facteur indépendant de risque. Les lésions avec un important volume d’athérome et riches en lipides visualisées par NIRS ont un taux d’événements MACE de 7,0 % à 4 ans. Erlinge D et al. The Lancet 2021 ; 397 : 985-95. Réparation tricuspide percutanée chez les patients avec dysfonction VD ou HTA pulmonaire Le registre TriValve est une sous-analyse du registre multicentrique TriValve (Transcatheter Tricuspid Valve Therapies). Le registre TriValve a inclus 300 patients avec une insuffisance tricuspide sévère et une insuffisance cardiaque droite (mouvement systolique de l’anneau ≤ 17 mm ; n = 244), ou une hypertension artérielle pulmonaire (PAP ≥ 50 mmHg ; n = 127), ou les deux (n = 71) et traités par intervention percutanée sur la valve tricuspide. L’âge moyen des patients était de 77 ans, et la procédure réussie dans 80 % des cas. La mortalité hospitalière était de 3 %. Une augmentation des gamma GT et une insuffisance rénale étaient des paramètres associés à une péjoration du pronostic. Muntané-Carol G et al. Circulation Cardiovasc Interv 2021 ; 14:e009685. Mortalité des patients avec STEMI sans facteurs de risque modifiables La cardiologie cible les facteurs de risque modifiables chez les patients après un SCA (HTA, hypercholestérolémie, tabac). SWEDEHEART a analysé les données de patients avec primo-infarctus et ne présentant pas de facteurs de risque modifiables. Le critère primaire était la mortalité à 30 jours. Entre 2005 et 2018, 9 228 (14,9 %) des 62 048 patients avec STEMI ne présentaient pas de facteurs de risque modifiables. Les patients sans facteurs de risque recevaient moins de statines, moins d’IEC/ARA2, ou de bêtabloquants à la sortie. Après 30 jours, les patients sans facteurs de risque modifiables avaient une mortalité cardiovasculaire supérieure à celle des patients avec au moins un de ces facteurs de risque (HR : 1,47 ; IC 95 % : 1,37-1,57 ; p < 0,0001). L’augmentation de mortalité persiste après ajustement pour l’âge, le sexe, la FEVG, la créatinine et la tension artérielle. Les patients sans facteurs de risque qui font un STEMI ont une surmortalité par rapport à ceux ayant au moins un facteur de risque. Le surrisque est atténué par les traitements recommandés dans le STEMI. Figtree GA et al. The Lancet 2021 ; 397 : 1085-94. Comparaison OCT, IVUS et angiographie pour guider l’implantation des stents Dans l’étude ILUMIEN III : OPTIMIZE PCI, parmi les 450 patients avec lésions coronaires traitées par angioplastie, l’OCT améliore l’expansion du stent et réduit les risques de dissection et de malapposition par rapport au contrôle par IVUS ou angiographie seule. Cependant, à 12 mois, l’OCT ne permet pas de réduction du taux de TLF (OCT : 2,0 % ; IVUS : 3,7 % ; angiographie : 1,4 %), ni du taux de MACE (OCT : 9,8 % ; IVUS : 9,1 % ; angio : 7,9 %). Le guidage du geste d’angioplastie par l’OCT ne permet pas d’amélioration du pronostic clinique des patients souffrant de lésions coronaires (relativement simples). Ali Z et al. EuroIntervention 2021 ; 16 (13) : 1092-9. Insuffisance mitrale fonctionnelle : modifications de la forme des anneaux mitraux MAVERIC est une étude prospective, non randomisée, testant la sécurité à 1 an du système ARTO dans le traitement des fuites mitrales fonctionnelles. Les 45 patients éligibles avaient une insuffisance cardiaque systolique en classe NYHA III-IV, avec une fuite mitrale grade 2+ malgré un traitement médical optimal. Le critère primaire (décès, AVC, IDM, chirurgie, tamponnade, insuffisance rénale aiguë) à 30 jours et à 1 an était de 4,4 % (IC 95 % : 1,5- 16,6) et 17,8 % (IC 95 % : 9,3-32,4). Une complication périprocédurale est survenue chez 7 patients (15,5 % ; IC 95 % : 6,5-29,5). Parmi les 24 patients avec IM 3+/4+ initialement, seuls 5 (13,9 %) et 3 (8,3 %) patients sont restés grade 3+/4+ à 30 jours et 1 an (p < 0,0001). Le diamètre antéropostérieur de l’anneau a diminué de 41,4 mm à 36,0 et 35,3 mm à 30 jours et 1 an respectivement (p < 0,0001). Les 25 patients (69,4 %) en NYHA classe III/IV initialement, n’étaient plus que 9 (25,0 %) à 30 jours et 8 (22,2 %) à 1 an postprocédure (p < 0,0001). Le système percutané de réparation de la valve mitrale ARTO est efficace et sûr pour réduire les insuffisances mitrales fonctionnelles à 1 an. Worthley S et al. EuroIntervention 2021; 16 : 1106-13. DES à polymères biodégradables ou durables dans le STEMI L’étude BIOSTEMI comparait les DES à polymères biodégradables (BP-SES, n = 649) aux DES à polymères durables (DPEES, n = 651) chez les patients souffrant d’un STEMI. Ces derniers devaient être traités par angioplastie primaire dans les 24 heures des symptômes. Le critère primaire, le TLF (décès cardiaques, IDM lié à l’artère traitée et TLR) à 2 ans est survenu chez 33 patients (5,1 %) traités par BP-SES et 53 patients (8,1 %) traités par DP-EES (RR : 0,58), principalement lié à une réduction du TLR chez les patients traités par BP-SES (2,5 % vs 5,1 % ; RR : 0,52). Aucune différence n’a été observée entre les deux groupes en termes de décès cardiaques, d’IDM et de thromboses de stents. Chez les patients souffrant de STEMI et traités par angioplastie primaire, les BP-SES sont supérieurs aux DP-EES en termes de TLF, principalement du fait d’un bénéfice sur le TLR à 2 ans. Pilgrim T et al. JACC Interv 2021 ; 14 (6) : 639-48. Évaluation de la mortalité à 30 jours après TAVI transfémoral Cette étude analyse les données des patients inclus dans le vaste registre STS/ ACC TVT et traités par TAVI pour sténose aortique serrée entre 2015 et 2018. Un total de 106 749 patients étaient inclus dans ce registre. Un TAVI était réalisé par voie transfémorale chez 92,3 % des patients. À 30 jours de l’implantation, 2 137 patients étaient décédés (2,2 %) dont 623 (29 %) en dehors de l’hôpital. En analyse multivariée, l’âge, une faible surface corporelle, une FEVG basse, une anémie, une FA ou un flutter, une maladie pulmonaire, l’utilisation d’oxygène à domicile, la réalisation du TAVI en urgence, sont indépendamment associés à une surmortalité. La mortalité après TAVI transfémoral à 30 jours est de 2,2 %. Plusieurs facteurs sont associés à une surmortalité. Anwaruddin S et al. JACC Cardiovasc Interv 2021 ; 14 (3) : 261-74. Réparation percutanée de la valve tricuspide avec le système Cardioband Les régurgitations tricuspides sont associées à une augmentation des taux de morbimortalité. Les résultats à 2 ans de l’étude TRI-REPAIR sur le système Cardioband dans les insuffisances tricuspides (IT) fonctionnelles au moins modérées chez 30 patients symptomatiques sont rapportés. La plupart des patients étaient en classe NYHA III-IV avec une FEVG moyenne de 58 %. Le taux de succès de la technique était de 100 %. Après 2 ans, 8 patients sont décédés. L’échographie montrait une réduction du diamètre de l’anneau (de 16 %) ; 72 % des patients avaient une diminution de la sévérité de leur IT et 82 % étaient en classe NYHA I-II. Le système Cardioband permet d’obtenir des résultats encourageants avec une réduction importante de l’IT fonctionnelle à 2 ans et une amélioration de la qualité de vie et de la capacité à l’effort. Nickenig G et al. EuroIntervention 2021 ; 16 : e1264- 71. Effet du nitrite de sodium dans les arrêts cardiaques extrahospitaliers Cet essai randomisé a inclus 1 502 patients souffrant d’un arrêt cardiaque extrahospitalier, répartis entre 45 mg ou 60 mg de nitrite de sodium ou un placebo, durant la réanimation préhospitalière. Les patients avaient tous une fibrillation ventriculaire initiale. Le critère primaire d’évaluation était la survie hospitalière ; 205 patients (41 %) du groupe 45 mg, 212 patients (43 %) du groupe 60 mg et 218 patients (44 %) du groupe placebo ont survécu sans différence entre les trois groupes de patients. L’administration de nitrite de sodium, durant la réanimation préhospitalière des patients ayant présenté un arrêt cardiaque extrahospitalier, n’est pas associée à une amélioration du pronostic vital. Kim F et al. JAMA 2021 ; 325 : 138-45. COAPT : impact d’une FA sur les résultats des procédures MitraClip Cette étude a évalué l’impact d’une fibrillation atriale (FA) sur le bénéfice d’une réparation mitrale percutanée par MitraClip. Les patients de COAPT qui avaient été stratifiés comme souffrant de FA (n = 327) étaient plus âgés, et plus souvent des hommes. Ils avaient une meilleure FEVG, de plus grosses oreillettes, de plus gros orifices mitraux et des IM similaires aux patients sans FA (n = 287). Le critère décès et hospitalisation pour insuffisance cardiaque était plus fréquent à 2 ans chez les patients avec FA (HR : 1,32 ; IC 95 % : 1,06-1,64 ; p = 0,01). Par rapport au traitement médical, le Mitra- Clip réduit les décès et hospitalisations pour insuffisance cardiaque également chez les patients avec FA (HR : 0,61 ; IC 95 % : 0,46- 0,82), mais aussi le risque d’AVC (HR : 0,18 ; IC 95 % : 0,04–0,86). Gertz ZM et al. Circulation Cardiovasc Interv 2021 ; doi: 10.1161/CIRCINTERVENTIONS.120.010300. Publié dans Cath'Lab

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité