Version PDF

Lu pour vous

Publié le 15 juin 2022Lecture 3 min

Une question qui rend fou !

Jimmy DAVAINE, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et l’athérome carotidien sont associés à la survenue de démence et au déclin cognitif. L’étude ACST-1 suggère que l’endartériectomie de la bifurcation carotidienne pour les sténoses serrées asymptomatiques réduit d’environ 50 % le risque d’AVC dans les 5 ans et le bénéfice persiste à 10 ans. Il y a très peu de données sur l’influence de la chirurgie carotidienne sur la survenue de démence. L’étude a randomisé 3 120 patients entre 1993 et 2003 entre chirurgie précoce et chirurgie différée (chirurgie si événement neurologique). Les auteurs anglais et suédois se sont penchés sur la survenue de démence.

Sur un sous-groupe de 2 600 patients issus de ACST-1 (796 chirurgie immédiate et 805 chirurgie différée), la recherche de démence été faite à partir de registres, appels, courriers, dossier et par score IQCODE. Résultats Les deux groupes de patients étaient comparables quant aux caractéristiques démographiques et cardiovasculaires (moyenne d’âge de 69 ans ; 2/3 d’hommes ; 16 % avaient eu un AVC > 6 mois avant l’inclusion dans l’étude). Le suivi médian était de 19 années, la concordance des données entre les registres et les données récupérées auprès des patients étaient jugée excellente. À la fin du suivi, 805 patients dans le groupe chirurgie immédiate et 258 patients dans le groupe chirurgie différée avaient été opérés d’une chirurgie carotidienne. On a noté 1 290 décès au cours du suivi : 134 (10 %) par AVC, 559 (43 %) de cause cardiaque, 245 (19 %) de cancer et 350 (27 %) d’autres causes. Au total, 221 patients sur 1 600 ont été diagnostiqués comme déments avec confirmation par différentes sources. La démence était vasculaire chez 79 patients (35,7 %), due à une maladie d’Alzheimer dans 62 cas (28 %) et non spécifiée pour le reste. L’incidence de la démence augmentait avec l’âge et était supérieure chez les femmes à tout âge. Les patients avec un antécédent d’AVC avaient un risque de démence presque doublé par rapport à ceux sans antécédent d’AVC. L’incidence de la démence était similaire quel que soit le degré de rétrécissement à l’inclusion et le niveau de pression artérielle. On a recensé 107 patients (13 %) de démence dans le groupe chirurgie immédiate et 111 patients (14 %) dans le groupe chirurgie différée. Le risque de démence à 10 ans était de 6,7 et 6,6 % dans les deux groupes, respectivement (pas de différence statistique). Discussion La conclusion de cette étude est que la chirurgie carotidienne n’apporte pas de bénéfice en termes de réduction du risque de démence à 20 ans. On pourrait espérer que, la chirurgie réduisant le risque d’AVC et l’hypoperfusion cérébrale, deux facteurs critiques sur la survenue de démence, elle pourrait être bénéfique de ce point de vue. Cependant, la démence peut être le fait d’une pathologie des petits vaisseaux. Les auteurs soulignent que l’événement démence étant rare, l’étude est trop peu puissante pour montrer un effet quelconque. On reste un peu sur sa faim, ce d’autant que la question et d’une grande pertinence clinique. Halliday A et al. Eur J Vasc Endovasc Surg 2022 ; 63 : 535-45.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité