publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Lu pour vous

Publié le 15 juin 2022Lecture 1 min

La force de l’habitude

Jimmy DAVAINE, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

Toujours cette histoire de drainage. On draine par habitude mais à bien y réfléchir quelles sont les preuves scientifiques que les drains éviteraient les hématomes et les infections ? Augmentent-ils la durée de séjour et constituent-ils un risque infectieux ? Concernant la chirurgie vasculaire des membres inférieurs, cette étude reprend les données scientifiques étayant une attitude de drainage systématique ou à l’inverse de drainage à la demande.

Il s’agit d’une méta-analyse de la littérature reprenant les hématomes, sérum-lymphocèles, infections de plaies post-opératoires sur la période 1996-2007. Résultats Après sélection, 4 études ont été retenues (essais randomisés contrôlés) pour un total de 429 incisions inguinales dont 209 D+. Il y avait 228 pontages fémoropoplités ou aortobifémoraux, 78 « trépieds » seuls et 17 autres revascularisations. Discussion Il n’y a pas de différence en fonction du drainage, donc. On peut s’étonner du taux d’infection et de séromes... Il faut garder en tête les limites méthodologiques, essentiellement le faible nombre de sujets. La durée de séjour n’a pu être analysée et aucune donnée économique n’est disponible. Les résultats donnent tout de même à réfléchir. Karthikesalingam A et al. Vasc Endovascular Surg 2008 ; 42 : 243-8.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 18
publicité