publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Lu pour vous

Publié le 15 oct 2022Lecture 2 min

COBRA est-elle la nouvelle COBEST ?

Jimmy DAVAINE, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

Le traitement endovasculaire des lésions aorto-iliaques continue d’évoluer. La technique du CERAB est désormais assez fréquemment employée et, selon les équipes, on utilise du matériel nu ou couvert. Le but de cette étude était de comparer les deux techniques, CERAB « nu » vs CERAB « couvert » à travers une expérience multicentrique (12 centres) européenne.

Méthode COBRA est une étude rétrospective. Parmi les critères d’exclusion on retrouvait les lésions aiguës, les stenting en kissing isolé sans stent aortique, les lésions traumatiques, les dissections et les lésions anévrismales. Le stent aortique était déployé en premier suivi des stent iliaques dépassant d’au moins un centimètre dans la lumière aortique. Les calcifications étaient cotées selon un score spécifique. Les auteurs ont suivi la méthodologie STROBE (The Strengthening the Reporting of Observational Studies in Epidemiology).   Résultats Au total 252 patients ont été inclus dont 53 % d’hommes. L’âge moyen était de 65 ans. Cent-deux patients ont été traités avec montage nu et 150 avec montage couvert. La période d’inclusion était de novembre 2012 à mars 2020. Cliniquement, on recensait 3 cas de Rutherford 1, 19 cas (9 %) de Rutherford 2, 108 (43 %) de Rutherford 3, 61 (24%) de Rutherford 4 et 60 (24 %) de Rutherford 5-6. Au total 48 % des patients étaient en ischémie critique. D’un point de vue morphologique, 70 % (76) des patients avaient des lésions TASC 2D et 8 % TASC 2C avec respectivement 32 % et 46 % d’occlusions chroniques. Les lésions étaient considérées comme sévèrement calcifiées dans 65 % des cas. À noter que les patients avec un stent aortique nu avaient moins fréquemment une occlusion chronique iliaque que les patients avec stent aortique couvert. Dans le groupe nu, les patients avaient également moins fréquemment une lésion TASC D et les lésions iliaques étaient plus courtes. Les patients traités avec stents couverts présentaient significativement plus de calcifications et leur traitement faisait plus fréquemment appel à une recanalisation sous-intimale. Les patients du groupe couvert passaient en moyenne un jour de plus à l’hôpital que les patients du groupe nu (tous les p < 0,05). Il n’y avait pas de différence significative en termes de décès, d’amputation majeure, d’insuffisance rénale ou de complication d’accès après un suivi médian de 17 mois. Il n’y avait pas de différence entre les deux groupes en termes de TLR (environ 10 %), mais une plus grande indemnité de TLR apparaissait lorsqu’était appliqué le modèle de Cox à risque proportionnel.   Conclusion Ce travail confirme le résultat principal de l’étude COBEST avec un design différent. Il semble y avoir un bénéfice des stents couverts sur la nécessité de TLR. Ce travail se rapproche plus de la « vraie vie » que COBEST qui était un essai randomisé contrôlé et il évalue le CERAB et non le kissing. Complémentaire donc. Saratzis A et al. Eur J Vasc Endovasc Surg 2022 ; 63 : 688-95.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 19
publicité