Version PDF

Au coeur du vasculaire

25 juin 2021

Le CNU de chirurgie vasculaire

Réda HASSEN-KHODJA, Chef de pôle Cœur, vaisseaux, thorax, poumon, rein (CVTPR) ; Chef de service de Chirurgie vasculaire, CHU de Nice ; Président de la sous-section 51-04 du CNU (chirurgie vasculaire, médecine vasculaire).

Le Conseil national des universités (CNU) pour les disciplines médicales, odontologiques et pharmaceutiques est l'instance nationale compétente à l'égard du recrutement et du suivi de la carrière des professeurs des universités (PU) et des maîtres de conférences (MCU) des disciplines médicales, odontologiques et pharmaceutiques (CNU Santé).

À la différence des autres composantes de l’Université, le CNU Santé est organisé en sections et sous-sections, mais la quasi-totalité des décisions et des actions se font au niveau de la sous-section. La chirurgie vasculaire (51-04) fait partie de la section 51 : pathologie cardiorespiratoire et vasculaire, avec la pneumologie (51-01), la cardiologie (51-02), et la chirurgie cardiothoracique (51-03). La sous-section 51-04 Cette sous-section « chirurgie vasculaire, médecine vasculaire » comprend deux disciplines. C’est la seule parmi les sous-sections médicales à inclure des chirurgiens et des médecins. Ce sont deux disciplines relativement jeunes, la chirurgie vasculaire ayant été individualisée dans le début des années 1980 et la médecine vasculaire l’ayant été en 2000. Cette identification et cette autonomisation par rapport aux disciplines mères étaient justifiées par l’explosion démographique des maladies vasculaires. Actuellement 73 PU-PH (51 chirurgiens et 22 médecins) et 7 MCU-PH (4 chirurgiens et 3 médecins) sont rattachés à la sous-section 51-04 : chirurgie vasculaire, médecine vasculaire. De façon réglementaire, les temps forts du fonctionnement du CNU s’organisent en deux sessions : la session d’avril et la session de juin. La session d’avril du CNU Elle est essentiellement consacrée aux concours universitaires, mais aussi à la nomination des professeurs associés, des PHU ainsi que des mutations et des changements de discipline. L’admission aux concours de PU-PH et MCU-PH de chirurgie vasculaire nécessite certains critères minimum réglementaires et communs à toutes les disciplines (qualifications, mobilité de 1 an, thèse de sciences, habilitation à diriger des recherches, etc.). De plus, le CNU de chirurgie vasculaire a établi des recommandations aux candidats pour les concours hospitalo-universitaires. Ce document est régulièrement actualisé. Mais il est clair que le jury reste souverain dans le cadre du concours tel qu’il est défini par les décrets de 1987 et 1993. La sous-section organise deux séances annuelles de pré-auditions destinées aux jeunes collègues intéressés par une carrière hospitalo-universitaire, l’une en juin, l’autre en novembre. Ces réunions, qui se veulent très ouvertes, ont pour but d’évaluer l’état d’avancement des titres et travaux de collègues qui se destinent à une carrière universitaire, mais aussi d’informer, de conseiller et d’aider les plus jeunes qui envisagent de faire une carrière universitaire. Leur but est d’aider les candidats pendant leurs années préparatoires à élaborer leur épreuve de titres et travaux, de les informer sur les prérequis pour concourir, et de les conseiller pour accomplir leur projet de mobilité. Le CNU est d’ailleurs régulièrement sollicité par les doyens de faculté de médecine pour donner un avis sur des candidatures à des postes universitaires dans notre discipline, avec production de certificats de pré-auditions. Ces dernières années, on a pu constater une crise des vocations chez nos jeunes pour entreprendre une carrière universitaire, crise qui touche beaucoup de spécialités, et la nôtre en particulier. Cette crise est une vraie menace pour le maintien de notre discipline dans certaines facultés de médecine, et donc une menace pour la formation de nos jeunes dans ces facultés. Bien évidemment, cette crise des vocations est une des pré-occupations majeures du CNU. La session de juin du CNU Elle est surtout consacrée aux promotions, mais aussi aux primes d’encadrement doctoral et de recherche (PEDR). L’avancement des PU-PH à la première classe puis aux deux échelons de la classe exceptionnelle est une des responsabilités majeures du CNU, puisque cela impacte directement le revenu des universitaires. Le CNU publie régulièrement ses critères pour les promotions. L’âge et l’ancienneté sont pris en compte, mais ils ne sont des conditions ni nécessaires ni suffisantes pour accéder à ces promotions. Pour la première classe, la production scientifique du candidat en termes de publications est particulièrement prise en compte. Pour la classe exceptionnelle, une attention toute particulière est portée à la planification du devenir de la discipline, en particulier pour sa succession, avec la formation d’élèves afin d’assurer la relève, ainsi qu’à la notoriété du candidat et son action à promouvoir la discipline au niveau national. Réunions d’information Enfin, la sous-section organise deux réunions annuelles destinées à l’ensemble des PU et MCU de la discipline. Il s’agit de réunions d’information au cours desquelles sont débattus les problèmes de politique et de stratégie universitaire ainsi que des questions de pédagogie. Le CNU participe activement aux réformes des études médicales actuellement en cours (réforme du 2e et du 3e cycle). Le CNU collabore étroitement avec le Collège français de chirurgie vasculaire et endovasculaire (CFCVE) ainsi qu’avec le Collège des enseignants de médecine vasculaire (CEMV) pour toutes les actions de pédagogie et d’organisation de l’enseignement de ces deux disciplines.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité