publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Lu pour vous

Publié le 15 juin 2022Lecture 2 min

Ça peut valoir le coup

Jimmy DAVAINE, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

L'âge moyen des patients traités pour anévrisme de l’aorte abdominale (AAA) aux États-Unis est de 73 ans. La mortalité péri-opératoire va de 0,84 à 5 % après traitement endovasculaire et de 4 à 8 % après chirurgie ouverte. Un âge supérieur à 80 ans a été identifié comme facteur de risque de mortalité. Une méta-analyse a retrouvé dans ce sous-groupe une mortalité péri-opératoire de 0 à 21 % à froid et de 29 à 59 % en urgence. Aux États-Unis en 2016, on comptait 2,5 millions de patients de plus de 90 ans, chiffre qui devrait passer à 8,3 millions à l'horizon 2050. Il est donc important de mieux appréhender la prise en charge et les spécificités de ce sous-groupe de patients.

Cette étude rétrospective de 2005 à 2007 s'est inté- ressée aux patients de plus de 90 ans traités pour AAA en s'appuyant sur le registre ACS-NSQIP PUF. Résultats Au total, 1 356 patients ont été inclus dont 1 229 (environ 91 % d’endoprothèses) et 127 (environ 9 %) de chirurgie ouverte. L'analyse sépare la chirurgie à froid du traitement en urgence. La mortalité globale à 30 jours était de 10,4 %. Les facteurs prédictifs de mortalité à 30 jours étaient la chirurgie en urgence, un score ASA > 4, la chirurgie ouverte et une dépendance au quotidien. Stratifiée selon ces facteurs de surrisque sur un sous-groupe de 1 358 patients, la mortalité à J 30 était de : – 1 FDR : 2,2 %, – 2 FDR : 4,1 %, – 3 FDR : 41,6 %, – 4 FDR : 73,7 %. Discussion Cette étude nous donne les chiffres de mortalité précoce pour les plus de 90 ans : 2,6 % après EVAR à froid (28,6 % en urgence) et 19 % après chirurgie ouverte à froid (54 % en urgence). Le risque peut paraître acceptable, en le mettant toutefois en balance avec le risque de rupture annuel (3 à 15 % pour un diamètre de 5 à 5,9 cm ; 10 à 20 % pour un diamètre de 6 à 6,9 cm ; 20 à 40 % pour un diamètre de plus de 7 cm). Les facteurs de risque de mortalité sont assez intuitifs. L’âge en soi n’est donc pas une contre-indication, les nonagénaires ayant souvent une durée de vie relativement plus importante. Attention, cette base ne tient pas compte des patients récusés. L’enjeu est de savoir comment améliorer les résultats avec une meilleure prise en charge gériatrique. Kumar M et al. J Vasc Surg 2022 ; 75 : 1223-33.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

  • 2 sur 17
publicité