publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Lu pour vous

Publié le 30 mar 2023Lecture 1 min

Anévrisme isolé du TABC

Jimmy DAVAINE, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

Il s’agit d’une pathologique rare. L’indication théorique existe au-delà de 30 mm de diamètre (35 mm dans l’illustration ci-dessous). La recherche sur PubMed (isolated innominate artery/ brachiocephalic artery aneurysm) ne retrouve pas plus de 55 occurrences.

Le plus souvent, ce sont des cas cliniques rapportant une prise en charge en urgence pour traumatisme et faux anévrisme ou des cas d’anévrisme associé à une artérite de Takayasu. Si historiquement, seule la ligature était proposée au XIXe puis au XXe siècles, les premiers cas avec succès sont rapportés par R. Matas aux États-Unis. Depuis, la prise en charge a bien évolué et le traitement de ce type de lésion rejoint celui des pathologies de la crosse car bien souvent comme dans le cas présent, le dôme aortique est pathologique. Ici, sont schématisées les options thérapeutiques dont le choix dépendra du terrain du patient et des possibilités locales. 1 : Remplacement de l’hémicrosse antérieure avec TABC sous CEC. 2 : Traitement « tout endovasculaire » avec endoprothèse branchée de la crosse à 1, 2 ou 3 branches avec un debranching de la carotide commune G et de l’artères sous-clavière G selon le patient. Une alternative « tout endo » est la mise en place de cheminées depuis le TABC voire l’ACCG. 3 : Solution hybride avec debranching en zone 0 et endoprothèse thoracique.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

  • 2 sur 22
publicité