Version PDF

Technologies

Publié le 15 juin 2018Lecture 5 min

XIENCE Sierra, nouvelle génération hautement délivrable

Max AMOR et coll.*, Clinique Louis Pasteur, Essey-les-Nancy

XIENCE Sierra, le dernier né de la famille XIENCE arrive en France. Son design a été entièrement revisité avec pour objectif d’offrir de nouvelles propriétés mécaniques, adaptées aux défis de la cardiologie interventionnelle actuelle. Profil de franchissement amélioré, capacités d’expansion augmentées, nouvelles tailles, font de XIENCE Sierra un stent versatile et ubiquitaire applicable aux situations même les plus complexes (plus de 230 XIENCE Sierra ont été implantés en 4 mois dans notre Service).

Des propriétés mécaniques performantes La volonté de la firme Abbott a été de fournir un stent hautement performant sur le plan technique tout en conservant la sécurité bien connue des stents de la famille XIENCE. A la lumière de notre expérience de quelques mois, le pari nous semble tenu. XIENCE Sierra, a d’ailleurs obtenu l’approbation FDA en mai dernier, et est aujourd’hui remboursé En France. Le design de la plateforme a été complètement repensé afin d’obtenir un profil de franchissement à 0,039 pouces soit l’un des plus faibles du marché des stents actifs. Les crêtes ont été ressérées pour optimiser le sertissage et les liens rendus plus flexibles pour faciliter la navigation dans les anatomies complexes. Il en résulte notamment un très bon comportement dans les lésions calcifiées. La conception du stent a également permis d’augmenter les capacités d’expansion et par là-même, les limites de postdilatations jusqu’à 5,5 mm, et ce, sans impact en termes de raccourcissement (tableau). * Les endoprothèses coronaires XIENCE Sierra de diamètre 2,0 mm ne sont pas prises en charge par l’Assurance maladie. Le cathéter de pose quant à lui, a été conçu de manière à fournir une transmission homogène et constante de la force, qui permet selon nous, une nette amélioration du push et de la trackabilité, notamment dans les anatomies tortueuses. Le système de pose bénéficie, par ailleurs, d’un nouveau ballonnet monocouche qui joue un rôle majeur dans l’amélioration du profil. L’héritage de la famille Xience (information technique Abbott) XIENCE Sierra a hérité des fondamentaux de la famille XIENCE à l’origine de l’ensemble des preuves cliniques accumulées depuis plus de 10 ans, à savoir : l’everolimus (efficace à faible dose et doté d’un profil d’élution aligné sur la cascade de la resténose) le polymère durable fluoré de seconde génération (figure 1), les mailles fines à 81 μm en cobalt-chrome, et enfin, une plateforme à 3 liens reconnue pour ses performances dans le traitement de bifurcations et sa résistance à la compression longitudinale. Figure 1. XIENCE Sierra (3,5 x 18 mm). Agrandissement x 25 (A) et x 150 (B) à l’expansion maximale de 5,5 mm. Par ailleurs, il est intéressant de souligner que les extrémités du stent déployé sont alignées à mi-marqueurs pour un positionnement précis, particulièrement utile au niveau des lésions ostiales, en cas de chevauchement de stents (figure 2). Figure 2. Positionnement du stent XIENCE Sierra (3,0 x 18 mm) à mi-marqueurs. La performance dans les situations complexes En quelques mois, nous avons pu utiliser XIENCE Sierra chez des patients complexes, dans le traitement de lésions de bifurcations ou d’occlusions chroniques ; ce nouveau dispositif nous a donné satisfaction, du fait d’une bonne délivrabilité et d’une performance prévisible. Parmi les nombreux cas effectués, nous avons sélectionné 2 cas qui démontrent le comportement du stent dans les anatomies complexes. Conclusion XIENCE Sierra constitue une amélioration significative sur le plan technique par rapport aux générations précédentes. Ces nouvelles propriétés mécaniques en font une solution de choix dans le traitement des lésions très complexes, calcifiées et en particulier celles du tronc commun. Ces avantages techniques combinés à une accumulation de preuves cliniques dans tout les types de lésions, confirment la position de XIENCE comme gold standard en matière de stents coronaires.   Cas clinique 1 Lésion distale du tronc commun gauche étendue à l’IVA proximale et moyen ➜ C.S. âgé de 85 ans est hypertendu et ancien fumeur. Il est hospitalisé pour un SCA ST- avec une troponine positive ; ce patient tritronculaire, a bénéficié dans un premier temps d’une angioplastie de l’artère coronaire droite (lésion coupable) par un stent XIENCE Sierra (3,5 x 15 mm). Par ailleurs, la coronarographie a mis en évidence une infiltration tubulaire avec lésion serrée distale du tronc commun, étendue à l’IVA proximale et moyenne (photo 1, A et B) et une longue plaque de l’artère circonflexe proximale avec une sténose en coup d’ongle. Le patient a été repris au cours de la m.me hospitalisation pour effectuer une angioplastie du réseau gauche. Photo 1. Après mise en place d’une sonde porteuse EBU 3,75 6 F (Medtronic), deux guides d’angioplastie coronaire SION blue (Asahi) sont placés respectivement dans l’IVA distale et la circonflexe. L’artère circonflexe est traitée par stenting direct avec un XIENCE Sierra (3,0 x 28 mm) gonflé à 16 atm (photo 2, A et B). Un stent XIENCE Sierra (3,5 x 28 mm) est implanté ensuite sans prédilatation (16 atm) au niveau de l’IVA moyenne avec un bon résultat. Le tronc commun gauche est prédilaté par un ballon TREK 3,5 x 20 mm gonflé à 16 atm (Abbott), suivi de l’implantation d’un stent XIENCE Sierra (4,0 x 28 mm, 18 atm ; photo 2 B). Une optimisation proximale (POT) est réalisée avec un ballon non compliant NC EMERGE™ (4,5 x 15 mm, 20 atm – Boston Scientific) avec un bon résultat final sur l’ensemble (photo 3, A et B). Cette procédure illustre les bonnes capacités de franchissement dans les tortuosités, d’expansion et de radiovisibilité permettant une triple angioplastie rapide. Photo 2. Photo 3. Cas clinique 2 Lésion anévrismale et tortueuse de l’IVA moyenne : une histoire à épisodes ➜ M. N.J. âgé de 74 ans et sans antécédents particuliers, s’est présenté de nuit avec un syndrome coronaire aigu avec sus-décalage du segment ST dans le territoire antérieur. La coronarographie à la phase aiguë a montré une occlusion thrombotique de l’IVA moyenne avec un aspect ectasique (photo 1). Malgré les multiples tentatives de franchissement (différents guides), la procédure s’est soldée par un échec. Une deuxième tentative le lendemain matin par double abord a elle aussi échoué (photo 2). Un test d’ischémie/viabilité réalisé à distance s’est avéré positif dans le territoire antérieur. Une coronarographie de contrôle a été réalisée montrant une reperméabilisation spontanée de l’IVA avec une lésion anévrismale et tortueuse (trajet en baïonette), expliquant a posteriori les deux premiers échecs de recanalisation (photo 3). Photo 1. Photo 2. Photo 3. Le patient a été repris avec un abord par voie radiale 6 F. La lésion a été franchie par un guide coronaire ASAHI Gaia First (Asahi) et un microcathéter Micro14 (Roxwood Medical). L’artère a été préparée à l’aide d’un ballon TREK (2,5 x 20 mm à 16 atm – Abbott). Ensuite, un stent XIENCE Sierra (3,0 x 33 mm à 14 atm) a été implanté (photo 4) puis optimisé en proximal (POT) par un ballon non compliant NC EMERGE™ (4,0 x 12 mm à 18 atm – Boston Scientific ; photo 5). Une apposition optimale est obtenue en conservant une bonne conformation à cette anatomie particulière (photos 6, A à C). Ce cas montre encore un bon franchissement du stent ainsi qu’une excellente conformabilité sur une lésion longue avec une nette discongruance de calibre. Photo 4. Photo 5. Photo 6. *A. BOUZID, J. LEMOINE, M. ANGIOI, C.BRETON, Clinique Louis Pasteur, Essey-les-Nancy

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 16
  • >
publicité