Version PDF

Lu pour vous

Publié le 30 déc 2021Lecture 2 min

Risque de myopéricardite ou myocardite après vaccination contre le SARS-CoV-2

Olivier VARENNE, Hôpital Cochin, Paris

Cette étude de cohorte de population danoise a inclus près de 5 millions de personnes, âgées de 12 ans et plus qui ont été suivies entre octobre 2020 et octobre 2021.

Le diagnostic de myocardite ou de myopéricardite était posé durant une hospitalisation de plus de 24 heures, et une élévation des taux de troponine. Les périodes avant et après vaccination étaient comparées (suivi 28 jours). Deux cent soixanteneuf participants ont développé une myocardite ou une myopéricardite, dont 108 (40 %) avaient entre 12 et 39 ans et 196 (76 %) étaient des hommes. Parmi les 3 482 295 personnes vaccinées par BNT162b2 (Pfizer), 48 ont développé une myopéricardite ou une myocardite (1,4 pour 100 000 personnes vaccinées). Le risque relatif pour les femmes et pour les hommes – 1,3 vs 1,5 pour 100 000 personnes vaccinées et pour les personnes âgées de 12 à 39 ans (1,6 pour 100.000 personnes vaccinées) – est statistiquement significativement plus élevé que chez les personnes non vaccinées mais uniquement chez les femmes. Parmi les 498 814 personnes vaccinées avec mRNA-1273 (Moderna), 21 ont développé une myocardite ou une myopéricardite dans les 28 jours suivant la vaccination (4,2 pour 100 000 personnes vaccinées). Le risque semble plus haut pour les hommes que pour les femmes (2,0 vs 6,3 pour 100 000 personnes vaccinées) et pour les personnes entre 12 et 39 ans (5,7 pour 100 000 personnes vaccinées). Par rapport à la population non vaccinée, ce risque est significativement plus élevé chez les 12-39 ans. L’ensemble des myocardites et myopéricardites rapportées ont évolué favorablement. La vaccination SARS-CoV-2 est associée à un surrisque de myocardite et de myopéricardite principalement chez les femmes vaccinées par BNT162b2 (Pfizer) et chez les personnes âgées de 12 à 39 ans vaccinées par mRNA-1273 (Moderna). Le risque de myocardite et de myopéricardite est 3 à 4 fois plus important avec le vaccin mRNA-1273 (Moderna) qu’avec le BNT162b2 (Pfizer). Husby A et al. BMJ 2021 ; doi : 10.1136/ bmj-2021-068665.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité