Version PDF

Lu pour vous

15 juin 2018

Impact des infarctus périprocéduraux après angioplastie coronaire

Olivier VARENNE, Hôpital Cochin, Paris

Dans cette étude, 1 390 patients consécutifs avec une troponine de base normale et ayant bénéficié d’une angioplastie entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2015 ont été inclus.

Les taux d’infarctus périprocéduraux selon la 3e définition universelle sont de 7,0 % (type 4a), de 0,14 % (thrombose de stent ou type 4b), et de 21,6 % (lésion myocardique). Les facteurs indépendants associés à la survenue d’un infarctus périprocédural comprennent une angioplastie du tronc commun, une longueur de stent > 30 mm, un stenting multiple, une maladie rénale chronique (GFR < 60 ml/min) et un âge > 75 ans. Trente jours après l’angioplastie, les patients avec infarctus périprocédural ont un taux supérieur d’événements cardiovasculaires par rapport à ceux sans infarctus périprocédural (5,5 % vs 1,2 % ; HR = 3,8 ; IC 95 % : 1,9-6,9 ; p < 0,001) principalement du fait d’événements ischémiques. La même observation est faite à 1 an avec plus d’événements ischémiques dans le groupe ayant un infarctus périprocédural (HR = 1,7 ; IC95 % : 1,1-2,6 ; p = 0,004). Ces données montrent que l’existence d’un infarctus périprocédural n’est pas un événement bénin et justifie leur recherche systématique. Zeitouni M et al. Eur Heart J 2018 ; 39 (13) : 1100-9.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité