Version PDF

Testé pour vous

Publié le 31 aoû 2012Lecture 6 min

Emerge™, nouvelle gamme de ballons de prédilatation d’angioplastie

S. ELHADAD, service de cardiologie, CH de Lagny sur Marne

La prise en charge quotidienne de lésions complexes impose de plus en plus une préparation de ces lésions avant la mise en place d’un stent.
Depuis plusieurs années, les laboratoires proposent des ballons d'excellente qualité avec des gammes toujours plus larges dont les caractéristiques permettent un traitement des lésions plus facile et plus fiable.
La société Boston Scientific a développé la nouvelle gamme, Emerge™, de cathéters à ballonnet d’angioplastie semi-compliants, qui existe en versions monorail et coaxiale et dont les performances revendiquées sont la polyvalence et le franchissement.

Une conception nouvelle de l’extrémité du ballonnet La particularité de l’extrémité d’Emerge™ est sa partie externe qui vient recouvrir la partie interne du corps, ce qui permet d’améliorer sa performance mais aussi la flexibilité globale (figure).   L’une des spécificités majeure d’Emerge™ est la finesse de ses profils (profil du nez : 0,017’’ et profil de franchissement : 0,026’’) offrant ainsi les profils les plus fins du marché sur ce type de produit (tableau 1).   À cela s’ajoute la conception du ballonnet avec le matériau OptiLEAP™ ce qui lui confère une compliance du diamètre très intéressante. Lors de l’utilisation, Emerge™ a la particularité de se déflater rapidement et surtout d’avoir un bon repliage rendant son utilisation répétée possible. Enfin, les marqueurs en platine-iridium permettent un confort de visualisation optimale lors des procédures. Un nouveau revêtement hydrophile Le ballon présente une excellente glisse grâce à son nouveau revêtement hydrophile Z-glide™. Cette amélioration impacte directement la réduction des forces de frottement sur le corps du cathéter. Lors d’essais, nous avons constaté une réduction de plus de 51 % favorisant ainsi la navigation et l’atteinte des lésions(1). Il est à noter que la plupart des corps internes sont recouverts de ce nouveau revêtement hydrophile à l’exception des ballons de petite longueur (8 et 12 mm) et de diamètre ≥ 2,25 mm. Techniquement, cela permet d’assurer un bon positionnement sans « effet savonnette » (tableau 2).   Les petits diamètres Deux petits diamètres existent : 1,2 mm et 1,5 mm. Ces petites tailles sont disponibles en version « Push » facilitant la prise en charge des lésions très calcifiées grâce à la « pushabilité » apportée par le corps interne qui est en un seul segment. Elles sont également disponibles en version « WorkHorse » qui est plus flexible et destinée aux occlusions coronaires chroniques (CTO). Ces ballons de petits diamètres sont conçus pour favoriser le franchissement et l’atteinte de lésions très serrées. Le taux de pression de rupture (RBP) de 18 atm (affichée à 20 atm) est un avantage pour Emerge™ puisqu’il permet d’atteindre un diamètre de 1,45 mm pour un ballon de diamètre nominal de 1,2 mm. Les Kissing Les kissing sont favorisés avec Emerge™, puisque l’utilisation simultanée de ballons de diamètres 3,25 et 3,5 mm est permise(2) avec un cathéter guide de 6 F. Les frottements dans le cathéter guide sont réduits grâce à l’optimisation du corps interne et au nouveau revêtement hydrophile. Conclusion EmergeTM propose une gamme large (1,2 mm à 4,0 mm dans les longueurs 8, 12, 15, 20 et 30) permettant de faire face à des cas compliqués (CTO et kissing). EmergeTM est un ballon polyvalent avec un excellent franchissement. EmergeTM, grâce à ses caractéristiques, assure une très bonne navigation et la flexibilité du ballon lors de l’inflation lui confère un pouvoir de dilatation des lésions très serrées intéressant. Enfin, grâce à sa déflation rapide et sa capacité de repliage, EmergeTM peut être réutilisé à plusieurs reprises lors d’une même procédure.  1. Test réalisé sur le produit Emerge™ 2,5 x 15 mm (n = 18) et le produit Apex® 2,5 x 20 mm (n = 14). 2. Cathéter guide 2 mm (6 F) DI minimum 1,78. L’angioplastie des occlusions coronaires chroniques reste très complexe malgré l’apport des nouveaux matériaux. Chaque étape présente des difficultés, le passage du guide est certes la partie la plus délicate, néanmoins, le franchissement de l’occlusion par le ballon peut également présenter des difficultés. Nous devons donc disposer dans le cathlab de ballons de très petits diamètres, bien profilés et avec d’excellentes performances techniques. Cas clinique 1 → Un homme de 68 ans, qui se plaint d’un angor d’effort sous traitement par bêtabloquants, a été évalué par une scintigraphie myocardique d’effort qui a révélé une ischémie myocardique marquée de la paroi inférieure. La coronarographie réalisée par voie radiale droite 5 F a montré une atteinte monotronculaire de la coronaire droite (figure 1). On peut voir sur la figure 1 une occlusion chronique et ostiale de la coronaire droite s’étendant à l’ensemble du segment 2 ; on note une reprise de cette coronaire droite, par un réseau de collatérales issues de l’interventriculaire antérieure. Figure 1. Occlusion chronique de la coronaire droite.   On ne relève pas de lésion significative sur le réseau gauche. On décide de tenter une recanalisation de la coronaire droite en abordant l’occlusion par voie antérograde, avec un double abord 6 F fémoral droit et radial droit. Une sonde porteuse Launcher 6 F JR4 (Medtronic) est positionnée dans l’ostium coronaire droit, une autre sonde porteuse EBU 3,75 6 F Launcher de 90 cm est positionnée à l’ostium du tronc coronaire gauche, elle va permettre de suivre la progression du guide dans le lit d’aval de la coronaire droite au-delà de l’occlusion. Un guide souple Fielder XT (Asahi) permet de franchir la partie proximale de l’occlusion sur un microcathéter Fine Cross (Terumo) (figure 2). La partie finale de l’occlusion a été traversée par un guide rigide Confianza PRO 12 (Asahi), qui a été positionné dans l’IVP puis échangé à travers le microcathéter par un guide BMW (Abbott Vascular) (figure 3). Le franchissement par le ballon sur le guide BMW s’est avéré difficile du fait de l’ancienneté de l’occlusion et de la présence de calcifications importantes. Le nouveau ballon Emerge™ 1,20 mm Push de Boston Scientific a permis de franchir l’occlusion (figure 4) et de faire un chenal suffisant pour permettre des prédilatations successives avec des ballons de tailles croissantes, puis un stenting avec des stents PROMUS Element™ (Boston Scientific) permettant d’obtenir un bon résultat final (figure 5).   Figure 2. Franchissement par un guide souple. Figure 3. Passage dans l’IVP avec un guide rigide. Figure 4. Prédilatation avec un ballon Emerge™ 1,20 mm Push. Figure 5. Résultat final après stenting avec PROMUS Element™.   Cas clinique 2 → M. G, âgé de 83 ans est adressé pour exploration d’un angor d’effort. Il est diabétique hypertendu, dyslipidémique et tabagique. Il présente un anévrisme de l’aorte sous-rénale. L’électrocardiogramme est en rythme sinusal, sans trouble de la repolarisation. La scintigraphie myocardique retrouve une ischémie antérieure étendue : 4 segments sur 13. La coronarographie montre une atteinte monotronculaire de l’IVA (figures 1 et 2) avec une lésion très calcifiée et très angulée de l’IVA. On décide de faire une angioplastie ad hoc de l’IVA, et la question sur la nécessité de « débulker » la lésion au Rotablator® est débattue. Finalement, on retient la solution de l’angioplastie avec un ballon Emerge™ (Boston Scientific). Figure 1. Lésion angulée très calcifiée de l’IVA 2 en aval de la diagonale 1. Figure 2. Lésion très calcifiée et IVA postballon. Un cathéter guide Launcher 6 F (Medtronic) est installé dans le tronc commun gauche. La lésion IVA est traversée avec un guide WHISPER ES (Abbott Vascular). On choisit un ballon Emerge™ 1,20 mm qui franchit progressivement la lésion en raison des calcifications. Après des dilatations progressives avec des ballons de taille croissante et le stenting avec un stent PROMUS Element™ 2,75 mm x 38 mm (Boston Scientific) on obtient un bon résultat (figures 2 et 3). Figure 3. Résultat final après stenting. Points forts Les caractéristiques techniques du nouveau ballon Emerge™ ont permis dans ces deux cas, d’obtenir un bon résultat sans avoir recours à des techniques plus complexes (athérectomie rotative). À chaque fois une prédilatation, avec un ballon Emerge™ de petite taille a été possible. Les performances de ce ballon en font l’outil privilégié dans les angioplasties les plus complexes.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 8
  • >
publicité