Version PDF

Editorial

16 oct 2019

Paclitaxel : suite et pas fin...

Yann GOUËFFIC, rédacteur en chef, service de chirurgie vasculaire, CHU de Nantes

C’est la rentrée de l’Interventionnel ! Après un repos estival bien mérité nous retrouvons nos patients et notre activité. Cependant l’actualité des principales conférences de la rentrée est toujours dominée par le paclitaxel. La Food Drug Administration (FDA) a en effet publié les recommandations faisant suite à la réunion de Dallas qui s’est tenue en juin 2019. À ce jour, les autorités françaises ne se sont toujours pas prononcées.

Dans un courrier datant du 7 août, la FDA donne les recommandations suivantes : • « Discutez des risques et des avantages de toutes les options de traitement de l’artériopathie disponibles avec vos patients. Pour de nombreux patients, les options de traitement alternatives aux ballonnets recouverts de paclitaxel et aux stents à élution de paclitaxel fournissent un profil avantages-risques plus favorable sur la base des informations actuellement disponibles. » • « Pour les patients considérés comme présentant un risque particulièrement élevé de resténose et les interventions fémoropoplitées répétées, les cliniciens peuvent déterminer que les avantages de l’utilisation d’un dispositif à revêtement de paclitaxel sont supérieurs au risque de mortalité tardive. » À juste titre cette affaire sème le trouble chez bon nombre de praticiens, et il n’est pas rare de noter que certains utilisent l’angioplastie au ballonnet en première intention pour traiter par technique endovasculaire les lésions fémoropoplitées. Il faut cependant rappeler, que lorsqu’un dispositif actif n’est pas utilisé, le stent nu et le stent couvert ont montré leur supériorité par rapport à l’angioplastie au ballonnet. Attention au retour à l’âge de pierre ! Il est probable que ce sujet soit encore d’actualité dans les mois à venir. Dans ce numéro les rubriques « Grand angle » et « C demain » seront dédiées à une vision cardiologique du traitement de l’artériopathie périphérique des membres inférieurs. Un point de vue différent pour un objectif commun. Bonne lecture à tous. Amicalement, Yann Gouëffic, rédacteur en chef

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité