Version PDF

Éditorial

Publié le 01 oct 2014Lecture 1 min

« Ceux qui s’avancent trop précipitamment reculeront encore plus vite » Mencius

Avec le recul, la saga de la dénervation rénale restera comme un des nombreux exemples d’une technique décapitée par un emballement mal maîtrisé. Le cycle est bien connu : découverte, engouement, réévaluation, désenchantement, lynchage…

Une mise au point forcément polémique s’imposait donc sur un sujet qui occupait il y a encore quelques mois bon nombre des symposia et des sessions dans les congrès de cardiologie interventionnelle. La fin de l’histoire reste encore à écrire. Il est difficile de savoir si cette technique pourra rebondir avec des perspectives forcément revues à la baisse et donc avec un moindre intérêt économique ou si elle va s’éteindre pour avoir voulu grandir trop vite. Heureusement que l’angioplastie coronaire dans la maladie coronaire stable n’a pas été abandonnée après l’étude COURAGE : les preuves de son efficacité dans les autres indications lui ont permis de perdurer jusqu’à la publication de l’étude FAME 2 pour alors inverser la tendance.   Bonne lecture R. CADOR et P. DURAND, Hôpital Saint-Joseph, Paris

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 14
  • >
publicité