Version PDF

Éditorial

21 déc 2019

Faut-il institutionnaliser les ponctions vasculaires sous écho ?

Arnaud LAZARUS, rédacteur en chef

La majorité des rythmologues interventionnels ont appris à réaliser les ponctions vasculaires sur la base de repères manuels anatomiques, mais pour de nombreuses raisons il peut arriver que la ponction soit difficile. Multiplier les tentatives c'est risquer de noyer les repères et de générer une complication en sus de l'inconfort du patient.

La ponction vasculaire échoguidée permet de lever l'aveugle et, sous réserve d'une bonne technique, d'aboutir d'emblée dans le bon vaisseau. Faut-il la réserver aux échecs d'un abord anatomique classique ou bien doiton l'institutionnaliser dans le but de réduire les complications de la voie d'abord ? Nos amis canadiens ont fait le choix de systématiser cette approche et nous livrent, chiffres à l'appui, les raisons qui ont guidé puis validé cette conduite. Faire ce choix nécessite un investissement matériel relativement modeste et une bonne formation afin que la technique porte ses fruits. Les anesthésistes peuvent pour cela être de bon conseil car nombre d'entre eux pratiquent la ponction échoguidée au quotidien. Bonne lecture. Arnaud LAZARUS

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité