Version PDF

Vasculaire

07 fév 2017

Morts sur ordonnance... abandonnée

É. BRUCKERT, Endocrinologie, métabolisme et prévention CV, Institut E3M et IHU cardio-métabolique, Pitié-Salpêtrière, Paris ; P. MOULIN, Féd. d’endocrinologie, diabétologie, mal. métaboliques, nutrition, IHU Opéra, Hôpital cardiovasculaire L. Pradel, Lyon

Les médecins ont été nombreux à être choqués par la récente émission diffusée par ARTE (Cholestérol : le grand bluff, 18 octobre 2016) mettant en doute le rôle athérogène du cholestérol et l’effet des statines. Cette même année est pourtant sortie une étude épidémiologique alarmante sur l’impact du livre à scandale sur les statines publié en 2013 par un médecin (radié du conseil de l’ordre).

L’équipe de Nicholas Moore qui travaille dans l’unité de pharmacologie de Bordeaux a analysé en détail la base de données dite EGB (échantillon généraliste des bénéficiaires) de la Sécurité sociale(1). Ils ont comparé la fréquence d’arrêt de statine en 2013 (date de la parution du livre à scandale) dans la cohorte de 30 725 patients aux données des deux années précédentes comportant respectivement 29 517 et 28 272 patients. Le taux d’arrêt de statine dans les 8 mois qui ont suivi la publication de l’ouvrage a été significativement plus élevé en 2013 (11,9 % vs 8,5 % et 8,5 % en 2012 et 2011). La mortalité a aussi augmenté de façon significative (RR : 1,17 ; IC : 1,02-1,33) et cet excès de mortalité était circonscrit à la population à haut risque (en prévention secondaire). Cet excès correspond à environ 90 morts supplémentaires, soit extrapolé à la population française, plusieurs milliers de décès injustifiés, plus que l’ensemble des décès sur la route ! Bien sûr, il est toujours possible d’arguer que cette association est due au hasard ou à d’autres causes que les arrêts de statines consécutifs au négationnisme, mais il est intéressant de noter que deux autres articles ont montré des résultats similaires après le même type de « crise médiatique » autour des statines et du cholestérol. L’un a été publié sur une base de donnée danoise(2) et l’autre en Angleterre(3). L’extrapolation des données danoises permet de spéculer sur 300 décès cardiovasculaires annuels en France imputables aux campagnes de révisionnisme. À qui profitent ces pseudo-polémiques ? Les polémistes nourrissent leur besoin d’exister et leur ego mais aussi leurs droits d’auteurs. Le business des médecines parallèles de prise en charge du cholestérol avec des thés, tisanes, pétales de fleur, extraits d’ail onéreux, et prétendument anti-cholestérol est également alimenté par ces polémiques. Il est à noter que l’homéopathie n’a jamais fait la preuve d’une quelconque utilité pour traiter l’hypercholestérolémie. Ce révisionnisme sert aussi directement le besoin de faire de l’audimat à tout prix, en l’occurrence ici avec un impact sur la santé publique. Conclusion Il faut se référer aux recommandations internationales ou nationales pour la prise en charge des dyslipidémies, ces dernières ayant été réactualisées en septembre 2016(5). Savoir réassurer les patients face à ces polémiques itératives qui touchent des traitements ayant prouvé leur intérêt comme les statines ou les vaccins, est devenu un enjeu pour limiter l’inobservance.  Conflits d’intérêts Le Pr Éric Bruckert déclare avoir mené des travaux de recherche ou participé à des activités de conseils dont certains ont des financements privés (MSD, Astra Zeneca, Amgen, Aegerion, Sanofi-Aventis- Regeneron, Danone, Unilever, Lilly, GENFIT, Chiesi-Unicure et MEDA). Le Pr Philippe Moulin déclare avoir mené des travaux de recherche ou participé à des activités de conseils dont certains ont des financements privés (Aegerion, Akcea/ionis, Amgen, Astra- Zeneca/Bristol Myers Squibb, Chiesi-Unicure, Jansen, Lilly, MSD, Novartis, Novo Nordisk, Olympus, Pierre Fabre, Regeneron, Sanofi, Servier). "Publié dans Diabétologie Pratique"

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité