Version PDF

Lu pour vous

15 mar 2021

Recherche : le mystère des calcifications

Jimmy DAVAINE, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

La présence des calcifications artérielles (CA) augmente la morbimortalité cardiovasculaire indépendamment des facteurs de risque cardiovasculaire. Néanmoins de nombreux éléments restent obscurs. On distingue les CA intimales (associées à l’athérome) et médiales. Leurs physiopathologies sont différentes et potentiellement leur traitement. Ce travail basé sur le scanner est un premier pas, essayant de distinguer les premières des secondes.

Méthode Un score scannographique a été mis au point à partir de 16 patients autopsiés et ayant eu un scanner dans les 6 mois précédant le décès. L’analyse de référence des calcifications était obtenue par histologie à partir de 142 lames elles-mêmes issues des 16 patients. Un score calcique était mis au point, effectué par au moins deux radiologues confirmés, et validé par rapport à deux autres cohortes de scanners de patients ayant eu un AVC, d’une part, et de patients victimes de traumatismes crâniens (groupe contrôle « sain »), d’autre part. Puis les résultats étaient comparés à l’histologie en faisant correspondre coupes scanner et lames histologiques. Résultats Les CA étaient analysées selon leur caractère circulaire (0-4 points), leur épaisseur (0-3 points) et leur morphologie irrégulière (1 point) ou continue (4 points). Un score < 7 était le témoin de la prédominance de CA intimales, un score > 7 de CA médiales. La concordance entre les radiologues était bonne, celle avec les groupes contrôle aussi et le score scannographique correspondait à l’histologie dans plus de 70 % des cas. Discussion Ce score a ses limites mais à la lumière de ce travail, il nous donne envie de regarder nos scanners différemment. Cette approche, pertinente cliniquement, sera sans doute d’autant plus applicable dans l’avenir que les machines progresseront. Kockelkoren R et al. PLoS One 2017 ; 12 (1) : e01688360

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité