Version PDF

J'ai lu pour vous

01 déc 2021

Stimulation de la branche gauche versus stimulation biventriculaire dans l’insuffisance cardiaque avec BBG

Christine Alonso, Neuilly-sur-Seine

Cette étude prospective, multicentrique et observationnelle a inclus 100 patients. Le taux de succès d’implantation a été de 98 % pour la stimulation de branche gauche (SBG) et de 91,07 % pour la stimulation biventriculaire (BIV).

Les réductions les plus importantes de durée des QRS ont été observées avec la SBG (77,51 ± 15,48 ms) par rapport à la BIV (49,15 ± 11,96 ms). Le seuil de stimulation était plus bas dans le groupe SBG, à l’implantation (0,92 ± 0,20 vs 1,45 ± 0,39 V/0,5 ms ; p < 0,001), à 6 mois (0,76 ± 0,17 vs 1,46 ± 0,37 V/0,5 ms) et à 1 an (0,66 ± 0,17 vs 1,42 ± 0,33 V/0,5 ms ; p < 0,001). La FEVG basale était comparable dans les 2 groupes (29,05 ± 5,09% vs 28,36 ± 5,3%, p=0,522). À 6 mois la FEVG était plus élevée dans le groupe SBG (47,58 ± 12,02 %) par rapport au groupe BIV (41,24 ± 10,56 % ; p = 0,008). À 6 mois et 1 an l’augmentation de la FEVG en valeur absolue était plus importante dans le groupe SBG (18,52 ± 13,19 % vs 12,89 ± 9,73 % ; p = 0,020 / 20,9 ± 11,8 % vs 15,2 ± 9,98 % ; p = 0,015). Enfin, les complications et événements indésirables étaient comparables dans les deux groupes. Chen X et al. Europace 2021 ; doi : 10.1093/europace/euab249.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité