Version PDF

Editorial

Publié le 16 juin 2022Lecture 2 min

La vitalité de notre spécialité

Yann GOUËFFIC, Hôpital Saint Joseph, Paris

Ce numéro en témoigne une nouvelle fois en montrant l’évolution du matériel, des techniques et des prises en charge.

La famille des limus est la molécule la plus communément utilisée pour les stents actifs à visée coronaire. Au niveau périphérique, les limus ont été très vite abandonnés pour l’indication fémoropoplitée après les échecs de l’étude randomisée SIROCCO et du registre STRIDE au début des années 2000. Cependant, la controverse sur le paclitaxel a poussé certains industriels à développer des dispositifs actifs à base de limus. Cette molécule cytostatique est désormais utilisée pour recouvrir des ballons et stents actifs qui sont en cours d’évaluation pour des indications fémoropoplitées. Raphaël Coscas nous apporte, dans un article très complet, des éléments de réponse concernant le positionnement des dispositifs à élution de limus pour la pathologie artérielle périphérique. Le développement de l’hospitalisation ambulatoire est encore loin de faire l’unanimité en France puisqu’elle ne représentait en 2019 que 5 % des hospitalisations pour revascularisation endovasculaire des membres inférieurs. La pandémie, le défaut de ressources paramédicales, la réduction capacitaire, la réévaluation des GHM ont probablement modifié la donne ces dernières années. À confirmer. Dans tous les cas, l’utilisation d’un système de fermeture (et si oui lequel ?) versus une compression manuelle fait encore débat. Beaucoup d’entre nous ont l’expérience de thromboses fémorales à la suite d’une ponction non échoguidée et trop basse. Parallèlement, la compression manuelle devient une alternative avec le développement de dispositifs de plus en plus miniaturisés. Comlan Mawuko Blitti revient sur les points importants de la ponction artérielle et des techniques d’hémostase actuelles. Vous retrouverez vos chroniqueurs habituels avec une revue très intéressante de la littérature, les derniers échos de l’édition 2022 du Charing Cross et un peu de spiritualité dans l’Esprit de Lugdunum. Pour ceux qui ne connaissent pas encore Vascurisq, précipitez-vous sur l’article de Philippe Nicolini. Bonne lecture à tous. Yann Gouëffic, rédacteur en chef

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité