Version PDF

Lu pour vous

15 oct 2019

Lésions fémoropoplitées complexes : des progrès à faire

Jimmy DAVAINE, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

Les essais randomisés montrant de bons résultats des drug coated balloons (DCB), portent sur des patients majoritairement claudicants et présentant des lésions relativement courtes. Cette étude s’intéresse aux résultats chez les patients pris en charge dans la « vraie vie ».

Méthodes Étude rétrospective et monocentrique ; 288 patients (60 % en ischémie critique) ont été inclus entre 2010 et 2017 et traités avec un ballon Lutonix® (BARD) pour des lésions fémoropoplitées de 20 cm de longueur en moyenne. Résultats Le taux de succès technique était de 98,5 %. À 1 an, l’amélioration clinique était retrouvée dans 77 % des cas, 51 patients avaient nécessité une ou plusieurs réintervention( s), on recensait 29 amputations et 19 décès. Les taux de perméabilité primaire et primaire assistée à 1 an étaient respectivement de 57 % et 68 % et de 39 % et 48 % à 2 ans. Les taux selon la classification TASC étaient de 82 % et 71 % pour les lésions TASC A-C et 29 % et 14 % pour les lésions TASC D. Discussion/Conclusion Contrairement aux essais randomisés contrôlés très « propres » montrant la supériorité des DCB sur le ballon nu, cette étude, même si elle est rétrospective, a le grand intérêt de faire une analyse sur des lésions sévères, fréquentes en routine clinique. Le recours à un stenting était particulièrement fréquent et les résultats très modestes pour les lésions TASC D, soulignant que les modalités techniques pour les lésions fémoropoplitées les plus complexes restent à établir. AbuRahma AF et al. J Vasc Surg 2019. pii: S0741-5214(19)31155-3.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité