Version PDF

Lu pour vous

Publié le 30 mar 2022Lecture 1 min

Imagerie intracoronaire et détection d’un stent imparfaitement déployé

Olivier VARENNE, hôpital Cochin, Paris

L'imagerie par OCT permet de détecter un bon résultat du stenting dans le segment dilaté.

Le registre rétrospectif CLI-OPCI a inclus 391 patients avec un long suivi (2 737 jours en moyenne) et dont le stent était incorrectement déployé lors de l’intervention initiale. L’OCT permettait de définir le déploiement imparfait comme étant soit associé à une aire minimale intrastent < 4,5 mm2, soit associé à un segment proximal ou distal < 4,5 mm2, une dissection proximale ou distale ≥ 200 μm. Au total, 26 % des patients traités avec 138 lésions stentées (28 %) ont eu un événement clinique. La surface minimale intrastent < 4,5 mm2 (38,1 % vs 19,8 % ; p < 0,001), une expansion du stent < 70 % (29,5 % vs 20,3 % ; p = 0,032),un segment proximal < 4,5 mm2 (6,5 % vs 1,4 % ; p = 0,004), et surtout la référence distale < 4,5 mm2 (12,9 % vs 3,6 % ; p = 0,001) étaient significativement plus fréquents dans le groupe de patients avec des événements ischémiques dans le suivi. Le déploiement imparfait est un prédicteur indépendant (RR : 2,17 ; p < 0,001). Ces éléments suggèrent que le guidage par OCT des actes d’angioplastie permet de définir un déploiement optimal du stent au cours de l’angioplastie. Prati F et al. EuroInterv 2022 ; doï : 10.4244/EIJ-D-21- 00627.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité