publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Études

Publié le 15 jan 2022Lecture 2 min

EMERGE : coronarographie urgente ou différée chez les survivants d’arrêt cardiaque extra-hospitalier sans sus-décalage du segment ST

Chekrallah CHAMANDI, Hôpital européen Georges Pompidou, Paris

La cause la plus fréquente d’arrêt cardiaque extra-hospitalier (ACEH) chez les adultes est la maladie coronarienne. La prise en charge par une coronarographie et revascularisation urgente est recommandée et a montré son efficacité sur le pronostic des survivants après réanimation présentant un sus-décalage du segment ST (ST+) sur l’électrocardiogramme (ECG)(1,2). Il existe cependant encore un débat sur la meilleure stratégie chez les patients sans ST+, et la prise en charge par une coronarographie urgente ou différée doit être individualisée en fonction de l’état hémodynamique et neurologique(3). C’est ainsi qu’une étude récente randomisée (COACT trial) n’a pas montré de différence significative sur la survie à 90 jours et un an entre une coronarographie urgente ou différée chez les survivants d’un ACEH sans ST+ sur l’ECG(4).

• Hypothèse de l’essai EMERGE Réaliser une coronarographie urgente après un ACEH sans ST+ sur l’ECG post-réanimation et sans cause extracardiaque évidente est associé à une meilleure survie et moins de séquelles neurologiques comparées à une coronarographie réalisée 48 à 96 heures après l’arrêt cardiaque. • Méthodes L’essai EMERGE est un essai multicentrique, national français, randomisé et contrôlé qui a évalué le taux de survie, sans ou avec séquelle neurologie minime, à 180 jours chez les patients réanimés d’un ACEH sans ST+, randomisés (1:1) entre une coronarographie urgente ou différée (48 à 96 h) (figure 1). Le critère d’évaluation principal de l’étude est le taux de survie à 180 jours sans ou avec séquelle neurologique minime (catégorie de performance cérébrale [CPC] 1 ou 2) (tableau 1). Les critères secondaires sont : survenue d’un choc au cours des 48 premières heures, tachycardie et/ou fibrillation ventriculaire au cours des 48 premières heures, variation de la fraction d’éjection ventriculaire gauche entre l’inclusion et 180 jours, évaluée par échocardiographie, état neurologique évalué par l’échelle CPC à la sortie de l’unité de soins intensifs (USI) et à 90 jours ainsi que par le score GOSE (Glasgow Outcome Scale Extended) à 90 et 180 jours, le taux de survie globale et la durée du séjour à l’hôpital (tableau 2). • Résultats (figure 2) Au total, 279 patients ont été inclus, 141 dans le groupe coronarographie urgente et 138 dans le groupe différé. L’âge moyen était de 65 ans et 195 étaient des hommes. Les délais moyens entre la randomisation et la coronarographie étaient de 0,6 ± 3,7 heures et de 55,1 ± 37,2 heures dans le groupe urgent et différé respectivement. Les taux de survie à 180 jours chez les patients avec CPC 1 ou 2 étaient de 34,1 % et 30,7 % dans le groupe urgent et différé, respectivement (HR 0,87 ; IC95% 0,65-1,15 ; p = 0,324). Les taux de survie à 180 jours dans l’ensemble de la population étaient de 36,2 % et 33,3 % dans le groupe coronarographie urgente et différée, respectivement (HR 0,86 ; IC95% 0,64-1,15 ; p = 0,308). D’après Spaulding C et al. Emergency versus delayed coronary angiogram in survivors of out-of-hospital cardiac arrest without ST segment elevation: results of the EMERGE Trial. Circulation 2021 ; 144 : A9462.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 45
publicité
publicité