Version PDF

Paramédical

Publié le 30 déc 2020Lecture 5 min

Formation continue digitale des paramédicaux en cardiologie interventionnelle

Hervé FALTOT, Hôpital Albert Schweitzer, Colmar

Avec la pandémie de Covid-19 qui a frappé notre territoire au printemps dernier, les congrès médicaux en présentiel dans lesquels étaient intégrés des sessions paramédicales se sont vus contraints d’être annulés ou plutôt, remplacés par des sessions digitales encore nommées distancielles. À l’instar des cardiologues interventionnels, les paramédicaux de salle de cathétérisme cardiaque ont ainsi pu continuer à s’informer et se former en participant aux différents webinaires ou e-congrès proposés par les sociétés savantes, industrielles ou autres, spécialisées dans l’organisation des manifestations liées à ce domaine.

Sous la contrainte de la crise sanitaire du printemps dernier liée au coronavirus, les cardiologues interventionnels ont très rapidement partagé leurs points de vue sur leur situation locale ou régionale, mais aussi leurs expertises ou compétences sous forme de réunions interactives appelées « webinaires ». 2020 : l'éclosion, voire explosion du webinaire Si une bonne connexion Internet reste la pierre angulaire du procédé, la généralisation du concept a été boostée par la possibilité de participer à ces webinaires par un simple smartphone, tablette ou tout ordinateur. Les différentes sessions en ligne sont ainsi capables de capter un public plus nombreux puisqu’il suffit d’une simple inscription en ligne pour pouvoir y assister. Les plateformes de communication, telles que Zoom, GoToMeeting, Microsoft Teams, Invivox, Next Media Factory et bien d’autres encore, ont été développées afin que les orateurs puissent diffuser leur présentation pré-enregistrée ou en direct par le biais du partage d’écran. Ces mêmes plateformes peuvent également intégrer le tchat comme moyen d’échange, à travers des commentaires ou des questions-réponses entre les orateurs et les participants. Quelques semaines avant le congrès debut juin, l’APPAC a dû se réinventer et a proposé des interventions préenregistrées. Les paramédicaux de salle de cathétérisme ont ainsi été conviés à participer à deux sessions interactives permettant ces premiers échanges on line. Le premier webinaire a été organisé par la société BBraun le 30 avril 2020 et portait sur la prise en charge des SCA en période de Covid, le second à l’initiative de CardioParamed réunissant le 7 mai 2020 sur un même écran des paramédicaux francophones et internationaux pour un partage d’expérience dans leur pays, toujours en lien avec la pandémie (figure 1). D’autres sociétés comme Biotronik ont rapidement suivi sur un concept plus régional que national (encadré). Figure 1. Webinaire francophone et international du 7 mai 2020. La formation continue digitale, feu de paille ou véritable outil à pérenniser ? Malgré la réorganisation de l’activité dans leur unité de cardiologie interventionnelle en raison de la Covid-19, malgré un confinement et des règles sanitaires strictes qu’ont dû respecter nos collaborateurs de l’industrie, force était de constater que pendant cette période de crise sanitaire, les professionnels de santé avaient besoin de s’informer et de continuer à se former afin que la prise en charge des patients reste la clé de voûte de leur activité. L’avantage majeur de la formation en ligne est bien évidemment la flexibilité, avec la possibilité de se connecter aux différentes sessions digitales, en fonction de ses obligations et de ses contraintes, à la fois personnelles et professionnelles. Dès lors que ces sessions sont accessibles en replay, quoi de plus simple que de revenir sur un webinaire entre deux activités. Quant aux sessions uniquement accessibles en live, il faut bien reconnaître que si ces sessions ne sont pas programmées suffisamment à l’avance, il est difficile de pouvoir dégager convenablement du temps pour les suivre. L’e-santé ne cesse de se développer et change l’exercice de la médecine. La cardiologie interventionnelle digitale ou numérique permet aux opérateurs de s’exprimer, aux industriels de garder le lien avec les professionnels de santé, afin que tout un chacun ne perde le fil de l’actualité en salle de cathétérisme (mise sur le marché de nouveaux outils, émergence de nouvelles techniques, etc.). C’est dans cette optique qu’a été construit à la rentrée de septembre dernier le web symposium paramédical du e-MLCTO (figure 2) auquel ont participé une centaine de paramédicaux inscrits sur la plateforme d’Incathlab. Figure 2. Webinaire paramédical proposé lors du e-MLCTO. Les plus récalcitrants du numérique parleront de « l’irremplaçable » présentiel en prétextant que « rien ne remplacera » les ateliers pratiques, les rencontres avec des collègues des autres centres, et que le digital est synonyme de « manque d’interactivité et d’échange » ! Que nenni ! Les webinaires ou autres e-congrès sont loin d’être un feu de paille ou un pis-aller. Cet outil numérique, gratuit pour le participant, a d’ores et déjà démontré qu’il constitue une méthode de premier choix pour le monde médical et paramédical d’accéder à une formation continue plus abordable et plus simplifiée qu’elle ne l’était avant la crise. Octobre 2020 et la reprise du présentiel, mais toujours par pour les sessions paramédicales... Malgré un nouveau pic de l’épidémie en région parisienne, le congrès CFCI s’est finalement tenu partiellement en présentiel (figure 3), excepté pour les sessions paramédicales retenues en mode digital. Cette manifestation a su montrer qu’il était possible de se réunir à nouveau et de reconduire ainsi les congrès sous condition de mise en place de protocoles sanitaires et de gestes barrières respectés par les participants. Figure 3. Bandeau d’accueil du site Internet du congrès CFCI, annonçant le maintien du congrès en présentiel Conclusion 2020 sera sans conteste l’année du digital et des webinaires ! Avec le développement du digital learning permettant au distanciel de suppléer le présentiel, les acteurs exerçant en cardiologie interventionnelle ont pu ainsi continuer à accéder à la formation continue pour enrichir leurs connaissances dans ce domaine. Ils ont très vite pu s’approprier des solutions numériques simples à utiliser et efficaces pour le partage d’une situation, compétence ou expertise. La facilité de pouvoir participer aux événements online ou de pouvoir revoir « à la carte » en mode replay une session ciblée a permis au numérique de démocratiser l’accès à la formation et de le placer au coeur des débats. Avec des participants qui redoublent de prudence et de vigilance à se déplacer et se retrouver confinés dans un espace clos, face à des déplacements à l’étranger limités par les différents gouvernements et la possibilité de se retrouver en quarantaine, face aussi à la baisse des budgets chez les industriels, principaux financiers des congrès, nous sommes certainement à l’aube d’une ère nouvelle dans laquelle le digital aura toute sa place. Les cellules de formation des établissements doivent dès à présent prendre en compte cette solution digitale dans leur programme afin que chaque personnel en quête de perfectionner son savoir puisse en bénéficier. Mais nous ne pouvons pas occulter la force du présentiel, sans doute que l’avenir sera une mixité entre les deux formules…

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 15
  • >
publicité