Version PDF

La lettre du GACI

15 déc 2018

Une « brève » irradiante

Patrick DUPOUY, Bureau du GACI

La radioprotection est une préoccupation permanente du GACI. Il y a presque 20 ans déjà, alors qu’à l’époque, la profession n’était pas très investie dans cette problématique, Olivier Bar nous a alerté sur les risques des Rx et les moyens de nous en protéger. Grâce à une sensibilisation répétée et permanente du GACI et à l’introduction de la radioprotection dans la formation des plus jeunes via le DIU, la notion de radioprotection est devenue indissociable de notre vécu professionnel quotidien. Pour se mettre en accord avec les directives européennes deux modifications dans la formation et l’autoévaluation vont prochainement nous être demandées.

• Jusqu’à maintenant la formation radioprotection patient devait être renouvelée tous les 10 ans par un organisme agréé, sous forme présentielle ou en e-learning. Le législateur et l’ASN ont demandé aux sociétés savantes de proposer une nouvelle organisation de formation plus adaptée aux spécialités à risque comme la nôtre. Le GACI a été chargé par la SFC de proposer un cahier des charges de cette nouvelle formation RP patient qui comportera 2 volets, l’un théorique possiblement en e-learning et l’autre, et c’est une grande nouveauté, sous forme d’ateliers avec mise en situation, obligatoirement présentiels. Le projet est actuellement en relecture et vous sera détaillé prochainement. • L’autre changement attendu concerne les NRD (niveaux de référence diagnostiques). Alors que la cardiologie interventionnelle est une des spécialités médicales les plus irradiantes, il n’y avait jusqu’à maintenant pas de NRD définis, chaque centre générant ou non ses propres valeurs pour protocoliser la radioprotection des patients. Les valeurs de l’étude RAY-ACT servaient souvent de référence. Conformément au décret du 4 juin 2018 et selon la directive européenne du 5 décembre 2013, l’ASN va fixer des NRD pour la coronarographie et l’angioplastie coronaire. Comme pour les autres spécialités irradiantes, ces niveaux de référence seront opposables et serviront de seuils vers lesquels les centres devront converger en optimisant leur procédure de radioprotection des patients. Une autoévaluation sera demandée, qui sera examinée lors des visites sur sites de l’ASN. Là aussi nous vous tiendrons au courant des détails quand les décrets d’application sortiront. La radioprotection, c’est beaucoup de réglementaire et il faut faire avec. En l’occurrence, les nouveautés à venir répondent à une logique d’optimisation de la formation et de nos pratiques sans paraître trop invasives.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité