Version PDF

J'ai lu pour vous

15 déc 2018

Prévenir la quasi-totalité des complications liées aux ruptures de sonde de défibrillation grâce au télésuivi intensif

Sylvain PLOUX, Bordeaux

Dans cette étude monocentrique, les ruptures de sonde de DAI télésuivis étaient colligées prospectivement sur 43 mois. Le télésuivi incluait une analyse quotidienne (hors WE) des transmissions (rapports, alertes, EGM temps réel).

Sur un suivi moyen de 4 457 patients/an, 64 ruptures ont été diagnostiquées (54 conducteurs), dont 61 (95 %) avant toute complication. Le taux de choc annuel sur rupture de sonde était de 0,04 %. La présence d’un algorithme antibruit (LIATM ou SecureSenseTM) permettait un diagnostic plus précoce et évitait la détection inappropriée d’arythmie dans 95 % des cas. En l’absence d’algorithme anti-bruit, un tiers des ruptures de conducteur était détecté par une alerte d’arythmie ventriculaire et un tiers fortuitement (TVNS, TSV, EGM temps réel, FA). Ploux S et al. J Cardiovasc Electrophysiol 2018 ; 29 (8) : 1125-34.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité