Version PDF

Lu pour vous

20 juin 2019

Un travail de fond

Jimmy DAVAINE, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

Les DCB (drug coated balloons) améliorent la perméabilité par rapport à l’angioplastie seule et leur utilisation augmente pour les lésions fémoropoplitées en particulier courtes (< 25 cm) et les resténoses intrastent.

Le paclitaxel (PTX) est utilisé sous forme cristalline afin de permettre une action antiproliférative prolongée sur la paroi artérielle. Cette forme est cependant suspectée de causer des micro-emboles distaux et d’augmenter le taux d’amputation. Une étude expérimentale a été conduite sur un modèle animal de lapin. Cinq DCB étaient testés. La concentration résiduelle de la drogue sur le ballon, dans le plasma et dans l’aorte a été mesurée et les muscles des membres inférieurs ont fait l’objet d’une analyse histologique à la recherche d’emboles de PTX. Les DCB ont des performances très différentes. Le ballon Ranger™ (Boston Scientific) obtient les meilleurs résultats en termes d’emboles musculaires. Des emboles de PTX étaient présents sur toutes les coupes histologiques. La concentration de PTX était supérieure dans le plasma mais inférieure sur le ballon et dans l’aorte après utilisation du Lutonix® (BARD) par comparaison aux autres ballons. La transposition des résultats à la clinique doit être faite avec une grande prudence bien sûr, mais pour autant ces données et ce type de travail sont fondamentaux pour mieux cerner le fonctionnement des dispositifs et mieux les choisir, travail qui manque cruellement et pose question au regard de l’actualité dans le domaine. Boitet A et al. Eur J Vasc Endovasc Surg 2019 ; 57 : 578-86.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité