publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Lu pour vous

Publié le 30 oct 2023Lecture 2 min

Amélioration des suites opératoires en lien avec la collaboration entre chirurgien et anesthésiste

Jimmy DAVAINE, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris

L’amélioration des suites opératoires est liée à l’expérience et au volume opératoire du chirurgien et également de l’anesthésiste, mais l’aspect du travail collaboratif entre chirurgien et anesthésiste n’a jamais été précisément étudié.

• Méthodes : étude de cohorte rétrospective utilisant des bases administratives et médicales dont le registre des cancers, registre de population et registre des professionnels de l’Ontario (population de 14 millions d’habitants). Les différentes bases ont pu être croisées afin de recouper les données des patients. Les patients pour les chirurgies étudiées sont référés vers 10 à 15 centres d’excellence, ce qui facilite le recoupement des données. L’étude a portée sur la période 2007-2018. Le critère d’intérêt était le volume annuel de cas réalisés par un binôme unique chirurgien-anesthésiste avant la procédure indexe. Le volume du binôme était défini par la quantité annuelle moyenne de procédures d’intérêt : œsophagectomie, pancréatectomie et hépatectomie réalisées par le binôme dans les 4 ans précédant la chirurgie. Le critère primaire était la morbidité majeure à 90 jours (complications de grade 3 ou 5 selon l’échelle de Clavien-Dindo). • Résultats : au total, 7 893 procédures ont été inclues soit 2 700 (34 %) œsophagectomies , 4 150 (53 %) hépatectomies et 1 043 (13 %) pancréatectomies. Les procédures ont été réalisées par 737 anesthésistes et 163 chirurgiens dans 17 hôpitaux. Le volume médian était de 27 procédures par an pour les chirurgiens, 6 pour les anesthésistes et 189 procédures par an pour les hôpitaux. La distribution des binômes chirurgien-anesthésiste montre que le volume médian était de 1 procédure par an avec une distribution qui s’étalait de 0 à 12,3. Le critère primaire de morbidité majeure à 90 jours était retrouvé dans 3 396 procédures soit 43 %, dont 393 décès soit 5 %. On a noté une association linéaire entre le nombre de procédures par binôme et le critère primaire à 90 jours (p = 0,01). • Conclusion : l’étude a montré clairement une association qui peut paraître intuitive. La morbidité majeure postopératoire à 90 jours était réduite de 5 % à chaque procédure supplémentaire réalisée par le binôme sans seuil observé. On note ici le haut volume chirurgical et le faible volume par anesthésiste. L’explication de l’association tient probablement à des critères difficilement mesurables comme l’efficacité de la communication, la réactivité des deux acteurs du binôme, le fait de se sentir dans un environnement favorable pour l’un comme pour l’autre. Ceci fait écho à l’organisation que l’on connaît qui tend à favoriser la polyvalence des anesthésistes dans nos blocs.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 23
publicité