publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Lu pour vous

Publié le 25 oct 2021Lecture 1 min

Traitement antithrombotique après dissection coronaire spontanée

Olivier VARENNE, Hôpital Cochin, Paris

L’intérêt du traitement antiplaquettaire dans les dissections coronaires spontanées est largement débattu.

Le registre DISCO a inclus les patients avec dissection coronaire spontanée et a rapporté les événements coronaires à 1 an (décès, IDM, angioplastie) en fonction du traitement antiplaquettaire simple (SAPT) ou double (DAPT). Parmi les 314 patients inclus dans ce registre, seuls les 199 traités de façon conservative ont été étudiés. Les patients sont principalement des femmes (89 %), âgées de 52 ans et avec un SCA (92 %). Dans ce registre, elles ont été traitées par un seul (33,7 %) ou deux antiplaqettaires (66,3 %). L’aspirine associée avec le clopidogrel ou le ticagrelor, ont été prescrits dans 62,9 % et 36,4 % des patients étaient sous DAPT. Dans la population générale, le taux de MACE était de 14,6 % à 12 mois. Les patientes sous DAPT ont eu plus de MACE que celles sous SAPT (18,9 % vs 6,0 % ; HR : 2,62 ; IC95 % : 1,22-5,61 ; p = 0,013), principalement par un excès d’IDM et d’angioplasties. En analyse multivariée, les dissections de type 2a (RR : 3,69 ; IC95 % : 1,41-9,61 ; p = 0,007) et les patientes sous DAPT (RR : 4,54 ; IC95 % : 1,31-14,28 ; p = 0,016) étaient les deux facteurs associés à un excès de MACE. Cerrato E et al. Eur Heart J 2021 ; doi: 10.1093/ eurheartj/ehab372.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

  • 2 sur 87
publicité