Version PDF

Lu pour vous

30 déc 2020

STEMI : utilisation du prasugrel en préhospitalier

Olivier VARENNE, Hôpital Cochin, Paris

L’essai randomisé COMPARE CRUSH a évalué 727 patients avec STEMI en phase aiguë ayant reçu deux formes de prasugrel dans l’ambulance avant la salle de cathétérisme : 60 mg de prasugrel en comprimés traditionnels ou sous forme écrasée.

Le temps médian entre la prise en charge et le passage du guide dans la lésion coronaire était de 57 (47-70) minutes. Le critère primaire de l’étude à savoir le taux d’artères responsables avec flux TIMI 3 au moment de la coronarographie, était présent chez 31 versus 33 % des patients ayant respectivement reçu le prasugrel « écrasé » et « non écrasé » (RR : 0,92 ; IC 95 % : 0,65-1,30 ; p = 0,64). La résolution totale du sus-décalage du segment ST à l’ECG était de près de 60 % et était similaire dans les deux groupes. La réactivité plaquettaire, quant à elle, était plus altérée dans le groupe prasugrel « écrasé » (192 vs 227 PRU ; p ≤ 0,01). Enfin, les saignements majeurs (TIMI majeurs ou BARC ≥ 3) étaient similaires dans les deux groupes. L’administration de prasugrel sous une forme écrasée plutôt que traditionnelle n’améliore pas la perméabilité de l’artère responsable de l’infarctus chez les patients avec STEMI traités par angioplastie primaire. Vlachojannis GJ et al. Circulation 2020 ; 142 (24) : 2316-28.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité