Version PDF

HTP-TEC

29 nov 2019

Séquelles d’embolie pulmonaire aiguë : quoi de neuf ?

Michèle DEKER, Paris

De nouvelles recommandations pour le diagnostic et la prise en charge de l’embolie pulmonaire (EP) développées en collaboration avec l’European Respiratory Society ont été présentées lors du dernier congrès de l’European Society of Cardiology. Un chapitre est consacré au suivi des patients post-EP.

La perméabilité du lit artériel pulmonaire est restaurée dans les mois suivant l’épisode aigu chez la majorité des patients ayant présenté une EP. Toutefois, le thrombus peut persister et s’organiser chez certains patients, entraînant une redistribution du flux sanguin et un remodelage secondaire de la microvascularisation pulmonaire qui caractérise l’hypertension pulmonaire thrombo-embolique chronique (HTP-TEC). Cette complication post-embolique potentiellement mortelle doit être distinguée des suites habituelles de l’EP caractérisées par une dyspnée et une mauvaise tolérance à l’exercice. Certaines caractéristiques de l’épisode d’EP prédisposent à la survenue d’une HTP-TEC : antécédents d’EP ; larges thrombi visualisés sur l’angioscanner ; signes échographiques de dysfonction HTP/VD ; suspicion d’HTP-TEC préexistante. De même, certaines comorbidités prédisposent à la survenue d’une HTP-TEC (shunt atrio-ventriculaire, thrombophilie, cancer, etc.). Les nouvelles recommandations pour la prise en charge de l’épisode aigu d’EP sont basées sur un plus haut niveau de preuve scientifique (encadré ci-dessous). Révisions des recommandations entre 2014 et 2019. Cliquez sur l'encadré pour l'agrandir Du nouveau pour le suivi post-EP Un algorithme de diagnostic et de suivi des séquelles post-EP est proposé et doit être réalisé 3-6 mois après l’épisode aigu (figure ci-après). Chez les patients qui restent symptomatiques — dyspnée persistante ou de novo, et/ou limitation fonctionnelle —, une échographie transthoracique est réalisée pour déterminer la probabilité d’une hypertension pulmonaire : – en cas de propabilité faible, une cause alternative de dyspnée et/ou une autre cause d’HTP doivent être recherchées ; – en cas de probabilité intermédiaire d’HTP, la recherche d’une élévation du NT-proBNP, de facteurs de risque de l’’HTP-TEC et les anomalies du bilan fonctionnel cardiorespiratoire permettent d’orienter le diagnostic ; – en cas de probabilité d’HTP élevée, une scintigraphie de perfusion/ventilation doit être réalisée. Chez les patients symptomatiques présentant un défaut de perfusion à la scintigraphie V/P au-delà de 3 mois post-EP, ils doivent être adressés à un centre expert de l’HTP/HTP-TEC afin de poursuivre le bilan de diagnostic. Cliquez sur le schéma pour l'agrandir   << RETOUR  

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :