28 aoû 2011

IPP et aspirine ne feraient pas bon ménage

Une étude rétrospective a examiné les données de 20 000 patients traités par aspirine à la suite d’un infarctus du myocarde dont 21,6 % recevaient un inhibiteur de la pompe à protons (IPP) afin d’évaluer l’interaction aspirine/IPP. L’analyse des données a montré un risque plus élevé de récidive d’...

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :